Le Team Abg Performance Dans La Sarthe....
1ère manche du Championnat du Monde


Le Team ABG Performance - Photo : Esprit-Racing
Le Team ABG Performance Photo : Esprit-Racing


ABG Performance casse son moteur à 3 H 30 de la fin de course

Les " 24 heures du Mans " est la première épreuve des 6 courses que comporte cette année 2008 le Championnat du Monde d'Endurance Moto.

Le team ABG PERFORMANCE, engagé cette année une nouvelle fois, comme team permanent auprès de la FIM, était là, présent et bien décidé à donner le meilleur dans cette course mythique. L’objectif annoncé; rentrer dans les 15 au classement général et approcher de plus prêt le podium de la coupe du monde Superstock.

(Nous roulons en catégorie SUPERSTOCK c'est-à-dire avec des motos quasiment d'origine. Nous avons obligation de conserver le look initial de la moto d'origine : carénage, garde boue avant et arrière, même forme de réservoir simplement modifié pour accueillir des vannes zénith de remplissage,rapide d'essence et d’ une contenance augmentée de 24 litres maxi. Le moteur et le cadre doivent rester d'origine, sont libres les pneumatiques, les suspensions, la transmission et le silencieux d'échappement Nous avons droit aux raccords rapides de freinage pour changer l'ensemble étriers de frein de façon très rapide…)

Les Superstock concourent dans leur catégorie pour la COUPE du MONDE d’ENDURANCE.

Les 2 Suzuki # 134 du team ABG PERFORMANCE, étaient opérationnelles dès les premiers essais libres du mardi matin.

Les premiers tours de roues de Franck Gaziello, Yannick Pierre, et de Mickaël Morin s’avéraient conforment aux essais réalisés lors des journées pré-mans des 2 et 3 avril, et montraient que le travail de réglage effectué sur les motos, 15 jours auparavant, était précieux.

Les séances libres du jeudi matin qui précédaient les qualif étaient perturbées par la chute de Mickaël dans la courbe du Dunlop, à pleine vitesse (260 km/h). Chute spectaculaire heureusement sans gravité pour le pilote.
La moto, elle… ne ressemblait plus guerre à une moto à la sortie du camion balais. Roue arrière en travers du bras oscillant, bâtons de jante arrière sectionnés net autour du moyeu, réservoir aplati, carénage explosé, bocal de liquide de frein éclaté et le liquide répandu sur tout l’avant de la moto,… Les mécanos du team allaient avoir du pain sur la planche et aussitôt la moto rapatriée au box, se mettaient au travail pour remettre en état la Suz 134 destinée aux essais qualificatifs de l’après midi. Malgré cette très violente chute, Mickaël réalisait un très bon chrono lors des qualif. Franck et Yannick faisaient de même et le cumul des temps des 3 pilotes mettait la moto en 29eme position sur la grille provisoire de départ de ces 24 heures du Mans.

Les essais de nuit se déroulant ce même jeudi, allaient aussi connaître leur lot de problèmes. En effet Franck en piste perdait l’arrière de la moto, chutait dans le virage du raccordement, et voyait la moto continuer seule sur ses roues pour aller percuter de pleine face le muret de sécurité de la piste.
Bilan de ces essais nocturnes, une 2eme moto HS, et une nuit de travail pour les mécanos d’ABG.

Le lendemain matin, à l’ouverture du box, tout était en ordre, aucune trace de chute, excepté un tas de carénages, de roues et de fourche H.S. dans un coin du stand.
La moto était à nouveau prête pour la 2eme séance d’essais qualificatifs.
C’est sur une piste humide que s’élançaient ces derniers essais. Aucun des pilotes d’ABG n’allait faire mieux que la veille.
Par contre la grille de départ allait malgré tout évoluer et notre Suzuki 134 perdait une dizaine de places sur la grille.

Nous nous voyons ainsi attribuée la 39eme position sur la grille de départ. (66 teams inscrits pour ces 24 heures du Mans, 56 équipages retenus au départ dont 24 motos en catégorie Superstock.)

C’est Franck GAZIELLO qui prendra le départ de ces 2 tours d’horloge.
La météo est incertaine à 15 heures sur le circuit Bugatti du Mans. De gros nuages noirs cernent le circuit, mais il ne pleut pas. Ouf, le départ va se faire sur une piste sèche.
Franck s’élance dès que le « feu passe au vert…»



Et le voici qui termine son premier tour sans problème. Ca y est, la course est lancée, rendez vous dans 24 heures. Seulement voila la météo en a décidé tout autrement. Dès le 7eme tour bouclé, il est 15 heures à peine passé de 8 minutes, les premières gouttes de pluie font leur apparition sur le circuit… et puis c’est soudainement un déluge de flotte qui s’abat sur la piste.

Il pleut averse, c’est la valse des glissades et des chutes sur le circuit. Toutes les écuries sont prêtes et attendent avec impatience la rentrée au stand de leur pilote pour effectuer un changement de pneumatiques avant une possible glissade catastrophique.
Franck qui maîtrise parfaitement la glisse, arrive en bout de voie des stands. Toute l’équipe l’attend.
Les pneus pluie sont montés, le plein d’essence ajusté, et Franck repart pour un relais complet qui durera1 heure 30.
Durant les 46 tours en piste, très à l’aise sous la pluie, Franck fera une démonstration de sa maîtrise et grignotera places après places pour arriver en fin de relais à la 20eme position au classement général. (19 places de récupérées dans la valse des changements de pneumatiques).

A 16 heures 34, c’est Yannick PIERRE qui saute au guidon de la moto pour le 2eme relais. La piste est séchante nous repartons avec des pneus mixtes à l’avant et à l’arrière. En fin de relais les pneus mixtes ne sont plus au top pour la piste qui à séché, et les chronos s’en ressentent. Notre position sur la grille est à cet instant 27eme.
Pour le 3eme relais Mickaël MORIN repartira avec une moto chaussée de slicks. Les chronos descendent et c’est reparti pour 35 tours avant le prochain ravitaillement essence.

Les relais vont s’enchaîner sans problème jusqu’au petit matin. Vers 3h 30 dimanche matin, l’entrée du Safety Car sur le circuit pour réguler la chute de la Suzuki No 1 et de la Honda No 92, écourte le relais de Yannick qui laisse alors sa place au guidon à Mickaël.
Le contrôle de la course par le Safety Car va durer encore 7 tours. Difficile de se mettre dans le rythme dans ces conditions. A peine la piste est libérée, les chevaux des motos peuvent à nouveau exprimer leur puissance. Mais 15 tours plus tard, voila que la pluie fait à nouveau son apparition, obligeant un arrêt au stand pour un changement de pneus. Micka repartira aussitôt.

ABG Performance malgré ces averses multiples, saura déjouer les pièges d’une piste changeante dangereuse, et gérera de main de maître le choix des pneumatiques. Et le tableau de marche le prouve puisque la Suzuki 134 d’ABG ne cessera de progresser au classement général. Nous gagnons pratiquement une place par heure.



A la 15eme heure de course nous sommes pointé 22eme au général et 6eme en Superstock.
Vers 9 heures du matin, en fin de relais, la 134 pilotée par Micka, va faire une glissade dans la chicane du chemin aux boeufs.
Pas de mal ni pour le pilote ni pour la machine. Mickaël rentre au stand, une rapide inspection de la moto, et c’est Franck qui repart au guidon, pour un relais sous la pluie.
Ayant effectué des chronos impériaux durant 38 tours sous la pluie, Franck et le team décide de doubler son relais. Et le voila reparti à la chasse aux places.
Nous sommes dans la 21eme heure de course. Notre progression est régulière, la moto pointe en 20eme position au scratch et 4eme en Superstock. Nous avons tous les yeux rivés sur l’écran de TV qui nous affiche les positions de chaque team tour après tour.
Alors que Yannick s’apprête pour le prochain relais, les panneauteurs nous indiquent très inquiets que Franck est en retard sur ses partiels et qu’il n’est pas passé devant la cabine de chronométrage.

Inquiétudes dans le box !!

Chute ? Ou Simple tout droit ?

La Suzuki 134 est en vue à l’entrée de la voie des stands. Franck dirige la moto directement dans le box…pas bon signe tout ca ! Aucune trace de chute… qu’est il arrivé ?
Le diagnostique est rapidement fait. Casse moteur, casse soupape !!!

Il est 11 heures 23 ce dimanche matin, le soleil commence à faire son apparition, les yeux sont rougis par le manque de sommeil et l’accumulation d’une semaine de petites nuits et de fatigue. Tous les visages sont tristes, les larmes ne sont pas très loin pour certains. Tous en rond, la tête basse, autour de notre machine qui ne veut plus continuer. Non rien à faire pas le temps de réparer (voir le bol d’or 2007).

Nous signons l’abandon pour casse moteur à 11 heures 40. Notre position au moment de l’arrêt de notre course était 20eme au classement général et 4eme de la coupe du monde Superstock.


Il faut vite digérer cette déception, afin de se préparer pour la 2eme manche du championnat du monde d’endurance, qui aura lieu le 10 mai en Espagne, lors des 6 heures semi nocturnes d’ALBACETE.

Le team ABG Performance remercie toutes les personnes qui ont apportées leur soutien à cette première épreuve du championnat 2008.

Vifs remerciements à nos partenaires qui nous soutiennent. Nous espérons pouvoir vous offrir un résultat plus réjouissant lors des prochaines épreuves.


Retrouvez le Team ABG PERFORMANCE sur le web : www.abgperformance.com


Pascal ALLUARD




Imprimez cet article ! Envoyez cet article à un ami !
World-Endurance - Fred14 - 27/04/2008 20:24:13