World-Endurance by Esprit-Racing
|
WORLD-ENDURANCE.COM | 23.07.19 | 16:27 WORLD-ENDURANCE.COM | 23.07.19 | 16:27


En juin 2018, Kévin Estre a remporté la catégorie LMGTE Pro aux 24 Heures du Mans, assurément sa plus grande victoire à ce jour. #LeMans24 #FIA #WEC


Un an plus tard il a atteint un autre objectif majeur de sa carrière sportive : devenir champion du Monde d'Endurance des pilotes GT, au terme d'une (super) saison exceptionnelle qui a duré plus de 13 mois ! Le Français et son coéquipier Danois Michael Christensen sont allés jusqu'au bout des 85 heures et 45 minutes de course du calendrier 2018/2019 au volant de leur Porsche 911 RSR #92. Les deux hommes ont ainsi rejoint leur équipe au tableau d'honneur, Porsche ayant assuré le titre mondial chez les constructeurs depuis les 6 Heures de Spa.

Super Saison, super champion du Monde !


La transition vers des saisons sportives à cheval sur deux exercices a nécessité de mettre sur pied une unique super saison, de mai 2018 à juin 2019, incluant deux éditions des 24 Heures du Mans. Les titres qui viennent d'être attribués n'en ont que plus de valeur… et de saveur.

« La saison a été longue, ce qui l'a rendue mentalement assez dure » avoue le nouveau champion du Monde. « D'habitude, on peut se relâcher un peu l'hiver, mais malgré la longue pause entre Shanghai et Sebring, on pensait à notre avance au classement et aux épreuves restantes. Notre position au championnat a aussi impacté notre approche des courses : nous avions la performance, mais on se devait d'être plus conservateur que les autres sur la stratégie et les risques à prendre en piste. A Shanghai, par exemple, nous étions en tête après trois heures de course et il y avait beaucoup de neutralisations et d'interruptions de la course. Derrière nous, plusieurs de nos rivaux se sont arrêtés sous safety-car, alors que nous avons préféré attendre au cas où la course serait arrêtée au drapeau rouge. Au Mans, en revanche, pour la dernière, on a adapté notre état d'esprit car nous sommes arrivés avec une large avance. Il n'était pas question de prendre plus de risques que les autres sur les dépassements et la stratégie, mais on ne voulait pas jouer petit bras non plus. On a vraiment essayé de gagner. »

Les clés de la réussite

Si on regarde les chiffres bruts, Kévin et Michael Christensen sont montés six fois sur le podium et deux fois sur la première marche, au Mans et à Fuji 2018. « Mon unique faute personnelle est une touchette en voulant doubler une Aston Martin à Sebring, qui nous a valu un drive through. Globalement, Ferrari et Ford ont été là mais en quittant la Floride, il était clair que le titre Pilotes allait se jouer entre les deux équipages Porsche. Pourtant, l'ambiance est toujours restée bonne au sein de l'équipe. Je pense que nous avons effectué une saison plus « pleine », nous avons été plus constants et nous avons commis moins d'erreurs que la 91. De plus, aux 24 Heures en 2018 comme en 2019, nous avons été les plus rapides. Nos seuls ennuis techniques furent un feu stop à Sebring et l'échappement au Mans. Bravo à Porsche et à toute l'équipe ! »

Aux dernières 24 Heures du Mans, Kévin a eu la chance de prendre le départ et de ressentir l'émotion incomparable de franchir la ligne d'arrivée, synonyme de couronne mondiale ! Autre « privilège » moins enviable, le fait d'avoir été aux commandes quand l'échappement a lâché. « Nous étions en tête de la catégorie avec 20 secondes d'avance sur la Ferrari des futurs vainqueurs. J'ai entendu le bruit et senti l'odeur de brûlé, j'avoue avoir craint que la voiture ne prenne feu. L'autre Porsche pouvait gagner, il ne fallait surtout pas abandonner ! »

Pilote d'usine Porsche Motorsport depuis 2016, Kévin vient assurément de vivre sa saison la plus prolifique. Logiquement, il rêve à d'autres conquêtes. « J'ai attendu très longtemps avant de gagner en endurance. Je n'ai pas l'impression d'être meilleur qu'avant. Je suis dans un team exceptionnel et la réussite a été de mon côté. Il en faut dans cette discipline ! Maintenant j'aimerais gagner les 24 Heures de Spa ou celles du Nürburgring, qui viennent de nous échapper pour la deuxième fois en deux éditions. Et puis, gagner dans la catégorie la plus disputée aux 24 Heures du Mans, c'est une grande fierté. Alors se battre pour la victoire absolue ? »

Romane Didier / future racing commm





  • #LEMANS24 2019 What a Race ! (2/8) » Voir #LEMANS24 2019...
  • #LEMANS24 2019 What a Race ! (3/8) » Voir #LEMANS24 2019...
  • #LEMANS24 2019 What a Race ! (4/8) » Voir #LEMANS24 2019...
  • #LEMANS24 2019 What a Race ! (5/8) » Voir #LEMANS24 2019...
  • #LEMANS24 2019 What a Race ! (6/8) » Voir #LEMANS24 2019...
  • #LEMANS24 2019 What a Race ! (7/8) » Voir #LEMANS24 2019...
  • #LEMANS24 2019 What a Race ! (8/8) » Voir #LEMANS24 2019...
  • Cliquez pour agrandir l'image
    Kévin Estre, le premier champion du Monde GT Français de l'Histoire ! (D.R.)
    Kévin Estre, le premier champion du Monde GT Français de l'Histoire ! (D.R.)
    • Dans la même catégorie

    • Le compte à rebours est lancé pour les Total 24 Hours of Spa

    • Signatech Alpine Elf complète son équipage pour la saison 2019-2020 du Championnat du Monde FIA WEC

    • GPX Racing aux 24 Heures de Spa avec trois pilotes Porsche champions du Monde !

    • La Ligier JS P217 #22 de United Autosports au pied du podium LM P2 des 24 Heures du Mans

    • REBELLION Racing termine vice-champion du monde LMP1 et premier team non-hybride

    Plus de news »

    Publicité