World-Endurance by Esprit-Racing
|
WORLD-ENDURANCE.COM | 01.07.16 | 10:28 • Mis à jour le 12.07.16 | 07:52 WORLD-ENDURANCE.COM | 01.07.16 | 10:28 • Mis à jour le 12.07.16 | 07:52


490 automobiles de compétition seront réparties en six plateaux correspondant chacun à une période. #LeMansClassic #PeterAuto #Classic #LeMans24 #Racing


Les modèles retenus sont ceux qui ont participé aux 24 Heures du Mans entre 1923 et 1981. Priorité est donnée aux autos qui ont elles-mêmes couru l'épreuve à l'époque. Pour chaque plateau, dix voitures de réserve participent aux séances d'essais de jour et de nuit, elles sont ainsi prêtes à combler tout désistement ou abandon d'une autre automobile. Un départ en épi dit "Le Mans", comme il fut donné de 1925 à 1969, sera organisé pour les plateaux 1-2-3-4. Les autres, beaucoup plus rapides, s'élanceront selon la procédure du départ lancé.


PLATEAU 1 (1923-1939) (65 voitures)
Les modèles de marques de renom qui se sont illustrées avant-guerre sur la classique mancelle reviennent sur le terrain de leurs exploits : Alfa Romeo 8C, Aston Martin 2 Litres Speed, Bentley 4,5L, BMW 328, Bugatti 35, 37 et 51, Invicta S, ou encore Lagonda LG45 et V12 Le Mans, Talbot 105 d'usine présentes en nombre, incarnant les engagements successifs de la marque au Mans… Parmi les nombreux modèles présents, citons plus particulièrement une Aston Martin "Ulster" classée 8ème aux 24 Heures en 1935. Une Bentley 3 Litres Speed Model 1925 ex-usine. La Citroën C4 Roadster 1932, unique modèle de la marque au chevron engagé au Mans. La Delage D6-70 Special, 4ème au classement général et 1ère de sa catégorie en 1937. La Delahaye 135 S, 2ème de l'édition 1937. Une Talbot Lago, ex monoplace décalée, qui s'aligna aux 500 Miles d'Indianapolis en 1941, 1946 et 1947, avant de décrocher la 2ème place des 24 Heures du Mans en 1950. Au fil des éditions, ce plateau s'est également enrichi de voitures plus modestes, mais toutes aussi intéressantes sur le plan historique : MG Magnette K3, Morgan 4/4, Riley Brooklands, Singer Le Mans, HRG 1500... Sans oublier une Peugeot 402 Darl'mat 1938. Au final, ce plateau présente une grande variété de marques et de modèles et constitue une rétrospective inédite de cette période.


PLATEAU 2 (1949-1956) (75 voitures)
L'après-guerre marque un tournant important en matière de technologie automobile : moteurs plus développés, aérodynamiques soignées… Des ensembles plus performants, conçus et engagés en course par des écuries officielles de plus en plus professionnelles. Dès lors, les luttes en piste vont se révéler plus serrées entre les concurrents. Un scénario que les engagés de ce plateau, aux commandes des nombreuses Aston Martin DB, Jaguar C, D et XK, Maserati 300 S et A6 GCS, Austin Healey 100 M, Lancia Aurelia, Lotus IX et XI, Porsche 356 et autres Triumph TR2, auront à coeur de raviver. Parmi elles, signalons la Jaguar Type D qui remporta les 24 Heures du Mans en 1955 avec les Britanniques Mike Hawthorn et Ivor Bueb, qui sera pilotée pour l'occasion par un grand spécialiste de l'épreuve : Andy Wallace, vainqueur dans la Sarthe en 1988 sur une… Jaguar XJR-9LM. Citons aussi l'engagement de deux Jaguar Type C, modèle qui s'imposa au Mans en 1951 et 1953.


PLATEAU 3 (1957-1961) (75 voitures)
AC Ace Bristol, Aston Martin DB4 GT, Austin Healey 3000, DB HBR, Chevrolet Corvette C1, Cooper Monaco T49, Ferrari 250 GT Berlinetta, Lister Jaguar, pléthore de Lotus XI, XV, Elite, Maserati 300 S, MGA, Morgan+4, Osca 1600 GT Zagato, Panhard CD, Porsche 356 A, B et 550 Spyder, Tojero Climax et Triumph TR3 constituent l'essentiel du plateau 3. Au sein du peloton, les spectateurs pourront notamment admirer des modèles unique en leur genre comme une Lister Jaguar Flat Iron 1958 et la Ferrari 250 GT Breadvan. Une rare Peerless GT, première de sa classe en 1958. Une Deep Sanderson 301. Une MGA Twin Cam ex Le Mans 1958. Ou encore une Triumph TR3S 1959, modèle construit à trois exemplaires par l'usine, qui demeure le seul dans cette configuration spécifique.


PLATEAU 4 (1962-1965) (75 voitures)
Ce plateau illustre la montée en puissance de l'engagement des machines made in USA dans l'épreuve sarthoise avec de nombreuses GT40, Shelby Cobra 289 et Shelby GT 350, Chevrolet Corvette C1 & C2. Parmi celles-ci, notons plusieurs GT40 ex Le Mans et l'unique GT40 roadster. Aux concurrentes américaines seront opposées, comme à l'époque, les productions européennes. A commencer par les Ferrari, dont une 250 LM victorieuse aux 12 Heures de Sebring 1964 et plusieurs 275 GTB. Mentionnons aussi les nombreuses Jaguar Type E dont la version Low Drag 49 FXN, parmi des douze exemplaires Lightweight produits en 1963. Les nombreuses Porsche dont plusieurs 904/6 GTS. Trois Alpine, dont deux M63 (première voiture de course développée par la firme de Dieppe pour les courses de voitures de sport) et une M65 qui sera confiée à Jean Ragnotti. Citons enfin des Abarth Simca, Alfa Romeo TZ, Marcos Mini GT, René Bonnet Djet, une rare Elva GT 160, contribuant à la grande variété de ce plateau.


PLATEAU 5 (1966-1971) (75 voitures)

Cet autre plateau ravira amateurs et spécialistes par la présence de nombreuses voitures ayant couru la compétition mancelle. Citons deux Alfa Romeo T33 : une T33/2 Daytona 1968 et une T33/3, modèle qui rafla la 4ème place en 1972 avec la paire Nino Vaccarella/Andrea de Adamich. Une Ferrari 365 GTB/4 Spider NART 1972, une 312 P 1969 ex-Le Mans ou encore une Daytona Gr. IV. Alpine sera représentée par une A210 (modèle victorieux dans sa catégorie au Mans de 1966 à 1969) et une A220 (modèle destiné à l'époque à viser la victoire au classement général, mais qui ne connaîtra pas le succès espéré). Citons, parmi les autres modèles, quelques protos Porsche 906, 908 et 910. Ainsi que de nombreuses Chevron B8, B16, B19, B21 et Lola T70, T210 et T212.


PLATEAU 6 (1972-1981) (75 voitures)
Ce plateau, le plus contemporain à participer aux deux tours d'horloge du Mans Classic, a vu sa période allongée de deux ans (passant de 1979 à 81) afin de faire le lien avec le Group C. Il rassemble lui aussi nombre de modèles qui ont marqué leur époque. A commencer par l'Alpine A443 qui incarna la dernière génération de prototypes conçus à cette période par Renault dans sa conquête de la victoire sarthoise face à Porsche qui sera pilotée par Jean Ragnotti. Notons aussi l'Inaltera de 1976, premier prototype construit par Jean Rondeau, que l'on retrouvera avec Henri Pescarolo et Julien Beltoise (dont le père fut l'un des pilotes de l'époque). Rondeau sera également représenté par une M378 qui termina neuvième du classement général en 1978 et remporta la catégorie GTP. Machine qui détient le record du plus grand nombre de participations au Mans (10). L'intérêt se portera également sur une Gulf Mirage M6 qui remporta les 1000 KM de Spa en 1973. D'anciens modèles du très populaire championnat NASCAR seront également de la partie : une Ford Gran Torino, une Dodge Charger ou une Chevrolet Monza, grande rivale des Porsche en IMSA. Citons cinq Ferrari 512 BB LM, une Moynet LM 75 et de nombreuses Porsche 924 et 935 et autres BMW M1 & 3.0 CSL, Chevron B31, B36, Lola T290, T292, T298 (ainsi que la De Cadenet T380).



Le Mans Classic c'est sur www.lemansclassic.com





  • #LeMansClassic, Racing With Style (2/8) » Voir ...
  • #LeMansClassic, Racing With Style (3/8) » Voir ...
  • #LeMansClassic, Racing With Style (4/8) » Voir ...
  • #LeMansClassic, Racing With Style (5/8) » Voir ...
  • #LeMansClassic, Racing With Style (6/8) » Voir ...
  • #LeMansClassic, Racing With Style (7/8) » Voir ...
  • #LeMansClassic, Racing With Style (8/8) » Voir ...
  • Cliquez pour agrandir l'image
    Le Mans Classic, six plateaux pour deux tours d'horloge ! (Esprit-Racing)
    Le Mans Classic, six plateaux pour deux tours d'horloge ! (Esprit-Racing)
    • Dans la même catégorie

    • Le Mans Classic, le Group C Racing en lever de rideau !

    • Pegasus Racing, tellement proche de la ligne d'arrivée !

    • Le Mans Classique, 2016, Episode VIII

    • Le Mans Classic 2016 : Départ le 8 Juillet avec Richard Mille

    • Objectif atteint aux 24 Heures du Mans pour la 1ère participation de l'écurie Panis-Barthez Compétition

    Plus de news »

    Publicité