World-Endurance by Esprit-Racing
|
WORLD-ENDURANCE.COM | 17.04.16 | 18:20 WORLD-ENDURANCE.COM | 17.04.16 | 18:20


L'endurance est l'une des choses les plus difficiles, mais ceux qui endurent finissent par gagner - Bouddha


Trois pilotes parfaits, une équipe homogène, une cohésion exemplaire. Tout a extrêmement bien fonctionné pour l'écurie mancelle. Retour sur cette cohésion mise en place par Jean Lombard et ses hommes. Le résultat est idéal sur la route des 24 Heures du Mans.

Les Britanniques sont des gens exemplaires dans la régularité, l'exactitude, la ponctualité et cultivent, en même temps, un certain sens de l'humour. À l'issue de la première manche de l'European Le Mans Series à Silverstone, les Anglais ne tarissaient pas d'éloges à l'encontre de So24! by Lombard : So nice, so cute, so good, so performing, so strong étaient les commentaires locaux vis-à-vis de la toute nouvelle formation de Jean Lombard. Maintenant, il leur faudra ajouter à leur vocabulaire So24!. Retour sur la manche britannique, disputée à Silverstone.

Un début de championnat est toujours une remise en question. Pour les écuries déjà en place depuis plusieurs saisons, cela ressemble à une certaine routine, mais quand des nouveaux décident de partir d'une feuille blanche et de se lancer dans ce championnat, surviennent immanquablement de nouveaux problèmes, de nouvelles difficultés, inhérents à toute nouvelle initiative. Certains se résolvent facilement, d'autres un peu moins. Et c'est là où la cohésion, l'homogénéité prend toute sa signification.

À Silverstone, lesdits problèmes étaient tout autres. Rien à dire sur les Hommes du So24! by Lombard Racing, mais ce sont les conditions climatiques exécrables qui auraient pu en miner plus d'un, lors des essais qualificatifs. Il n'en fut rien même si la pluie, la neige (si, si), le vent ont perturbé, un temps seulement, le bon déroulement des opérations au sein du So24! by Lombard. Résultat : sur une piste s'asséchante, les pilotes ne parvenaient pas à exploiter correctement l'ensemble Ligier JS P2 – Dunlop – circuit – météo. Ils allaient donc prendre le départ de la septième ligne.

Pour Jonathan Coleman, le départ allait être un peu mouvementé. De courte durée uniquement, car « Jono », en habitué des lieux, évitait tous les pièges du départ et notamment certaines manœuvres « sportives » de ses adversaires. Et c'est là où le sens de la répartie anglaise entre en jeu. Au lieu de se jeter dans la bagarre « Jono » a laissé passer l'orage, a rapidement retrouvé ses marques et a pu ramener la #22 en parfait état à Vincent Capillaire. « Au début, ce fut intense, les voitures se touchaient à chaque moment ; j'ai même dû sortir large pour éviter d'autres concurrents. Après j'ai rapidement trouvé mes marques. Lors du premier FCY (Full Course Yellow), la commande d'accélérateur m'a joué des tours ; je ne comprenais pas. Ce ralentissement forcé pour tous les concurrents m'a cependant permis de régler le problème. Après, tout a été comme sur des roulettes. C'est vraiment super de rouler sur mon circuit fétiche, devant les miens. »

Quand Vincent Capillaire entre en piste, la Ligier JS P2 So24! by Lombard Racing a adopté un rythme constant. Le Manceau pointe en 7e position et les visages commencent à se détendre à l'intérieur du stand. Sentiment normal, vu l'excellence de Vincent dans son approche de la course. Il maîtrise parfaitement la consommation de la Ligier JS P2, gère à merveille l'usure des pneumatiques et ses ravitaillements se déroulent sans encombre. Là encore, c'est l'expérience, le savoir, son sens de la course qui ont parlé. « En fait, c'est un véritable ensemble. C'est la cohésion de tous ces paramètres qui nous permettent de célébrer ce premier podium de la saison ELMS 2016. Mes arrêts au stand ont été bien gérés et je n'ai pas commis d'erreurs. »

Il restait encore 90 minutes de course quand la #22 s'engouffrait dans la voie des stands. Olivier Lombard relayait Vincent. Depuis les écrans de chronométrage, tout le monde peut suivre la progression du jeune pilote. « J'ai voulu rouler en minimisant les difficultés et une fois dans mon rythme, je ne cherchais pas à forcer. Mes quinze derniers tours ont été limpides et ce fut une immense joie quand j'ai reçu le drapeau à damiers ». Une fois de plus constance, sens de la course et expérience ont parlé, un peu à l'image de So24! By Lombard. Les uns après les autres, les adversaires s'effacent devant la JS P2. Certains vont retarder l'estocade finale mais à 18h30, c'est une véritable ruée noire, violette et orange qui se dirige vers le muret des stands.

La #22 sera la troisième à recevoir le drapeau à damier. Et dire qu'il y a trois mois, ce projet n'existait que sur une feuille de papier. Belle performance, belle preuve de cohésion de la part de tous !

Messieurs les Anglais, il (vous) faudra vous habituer à rajouter So24! à votre vocabulaire. À Silverstone, So24! by Lombard Racing a démontré son potentiel et son approche méthodique de la course.

Prochain rendez-vous avec So24! by Lombard Racing, Jonathan Coleman, Vincent Capillaire et Olivier Lombard : 4 Heures d'Imola ELMS Dimanche 15 mai 2016.

En attendant, suivez le team sur la page Facebook So24! by Lombard Racing.



Cliquez pour agrandir l'image
ELMS, Silverstone, So24! by Lombard Racing sur la troisième marche du podium (ERDA)
ELMS, Silverstone, So24! by Lombard Racing sur la troisième marche du podium (ERDA)
  • Dans la même catégorie

Plus de news »

Publicité