World-Endurance by Esprit-Racing
|
WORLD-ENDURANCE.COM | 29.04.13 | 14:22 WORLD-ENDURANCE.COM | 29.04.13 | 14:22


Le Bol d'Or, comme les 24H00 Moto du Mans, fait partie des épreuves les plus importantes pour tout motard Français. Cette épreuve met en valeur à la fois la vitesse et la puissance des machines, mais également la fiabilité et l'endurance des pilotes !


Cette épreuve est intégrée au Championnat du Monde d'endurance auquel je participe intégralement en catégorie SuperStock avec l'équipe Atomic Moto Sport soutenue par le concessionnaire de Lyon Moto Virus. Mes coéquipiers sont pour cette saison mon cousin Robin Camus et Frédéric Jond. L'un découvre à peine les courses d'endurance tandis que Fred y est aguerri depuis longtemps.

Le championnat est composé de 3 courses : Le Bol d'Or, les 8H d'Orschersleben et les 24H du Mans et nous espérons figurer sur le podium final bien que cette saison nos concurrents soient tous extrêmement affutés.


Mercredi, essais libres :
La piste est fraîche mais la météo est clémente, nous pouvons valider les réglages effectués aux essais pré-bol il y a 3 semaines et nous concentrer sur l'amélioration de nos chronos. Les 2h d'essais à partager entre les 3 pilotes passent extrêmement vite, mais je signe un chrono correct qui nous situe dans les plus rapides de la catégorie.
La moto se comporte correctement bien qu'elle soit un peu physique à emmener et nous permet d'aligner des chronos réguliers.


Jeudi, qualifications n°1 :
L'heure d'essais libres passe en un éclair, et nous ne disposons plus que de 20min de qualifications par pilote cette année.
Je suis le 1er pilote à me qualifier, et j'aborde cette qualif' en pleine confiance. Je rentre bien dans le rythme et après 3 tours, je suis en 1'43''9, dans les 3 premiers de la catégorie. Mais au tour suivant, je suis percuté par un concurrent au freinage d'Adélaïde. La moto effectue un tonneau, mais n'a pas grand-chose. Je la ramène au box, puis repars dans les dernières minutes pour contrôler que tout aille bien. Je ne peux donc améliorer, alors que je pensais obtenir un chrono dans les 1'42… Dommage, cela me classe seulement 16ème (5ème en SuperStock).
Fred parvient à rouler en 1'44''4 ce qui le place en 21ème position.
Robin quant à lui, n'a pas de chance, il subit le même sort que moi à peine quelques minutes après le début de la séance, mais dans un virage à plus de 200km/h… Il ne pourra repartir.

A la moyenne des 3 pilotes, notre classement ne reflète pas nos possibilités, mais nous pourrons nous rattraper aux 2èmes séries qualificatives…


Vendredi, qualifications n°2 :
J'espère améliorer mon chrono de façon significative. Mais impossible d'aller vite. La moto est très physique et ne tourne pas correctement. Même avec un pneu tendre, je parviens à peine à approcher mon chrono de la veille… Je suis extrêmement déçu.
Fred ressent la même la chose et ne parvient pas à améliorer non plus.
Robin, lui a en revanche pu améliorer puisque la veille, il n'avait roulé qu'en 1'46''6 en raison de sa chute. Il réalise lors de cette séance 1'44''2 ce qui le place 17ème et 7ème en SuperSTock.
Je pense que les chutes de Jeudi ont endommagé le châssis et que nous ne pouvions guère faire mieux aujourd'hui. Je suis donc déçu car j'avais à coeur de prouver que je suis encore capable d'être rapide ! Cela nous classe au général en 20ème position et seulement 9ème de notre catégorie.
Cependant la course est longue et sur 24H la position de départ n'a que très peu d'importance…


Samedi, course départ à 15H :
Relais 1 :
Il a été décidé que c'est moi qui prendrai le départ. Chaque départ en endurance est à la fois quelque chose de très stressant et de très émouvant. Les milliers de spectateurs amassés derrière nous, les 60 pilotes en ligne, paraissons tout petit… en tout cas je me sens tout petit !
A l'autre bout de la piste se tient ma moto, nous sommes tous penchés en avant tel des sprinters, attendant le signal du départ et je suis prêt à en découdre pendant … 24H !
C'est parti, je saute sur la moto et m'élance parmi les premiers… Mais je dois couper pour ne pas percuter les autres concurrents. Je ne peux ainsi profiter pleinement de mon bon départ. Je franchis le premier tour aux environs de la 18ème place. Je commence tranquillement le temps de prendre mes marques, puis j'augmente le rythme petit à petit. Je commence ainsi à remonter et roule dans des chronos proches de mes temps qualifs.
Cela me permet de remonter rapidement. Je double beaucoup de concurrents et après moins d'une demi-heure de course je suis en bagarre pour la 3ème place de la catégorie et la 11ème au général… Je me sens encore capable de bien remonter, sauf que la pluie fait son apparition. Une pluie fine et légère, mais je rends légèrement la main afin d'assurer.
Je reste donc derrière Mickaël Savary, alors que la pluie s'intensifie. Pas suffisamment pour mettre des pneus pluie mais suffisamment, pour avoir la moto chaussée en slicks qui se dérobe à plusieurs reprises. Je perds quelques places et ramène la moto en 15ème position à mon coéquipier Fred Jond.
Le temps est toujours menaçant, les gouttes de pluie persistent sans toutefois mouiller vraiment la piste. Mes coéquipiers oscillent autour de la 17ème place avant que je ne reprenne le guidon…


Relais 2 : ce relais fut très compliqué, il ne s'arrêtera quasiment pas de pleuvioter… Impossible de se caler sur un rythme, les conditions d'adhérence évoluant à chaque tour ! Je remonte tant bien que mal notre 13ème position, dans un relais frustrant et usant mentalement. La pluie s'intensifie en fin de relais et lors de mon arrêt je dis à l'équipe de passer les pneus pluie pour Fred !
Fred et Robin se débrouille bien, mais Robin a connu un petit souci de plaquettes de freins qui nous a fait rétrograder un peu…

Relais 3 : Je remonte sur la moto pour la tombée de la nuit. La piste est sèche (enfin) et je peux me faire plaisir… Je roule en petit 1'44 régulièrement et reprends les quelques places perdues. J'admire durant quelques tours le soleil se coucher dans la descente du Lycée… moment magnifique… Bref, la course continue et je ramène la moto en 12ème position après un relais qui m'a satisfait, bien qu'il ne se soit terminé par une panne d'essence (heureusement j'ai pu finir le tour au ralentit en ayant perdu à peine 45s) !

Là commence la nuit et ses relais difficiles... encore quelques gouttes de temps à autres sur les premiers relais puis du sec. Nous oscillons entre la 11ème et la 15ème position au général et entre la 5ème et 6ème en SuperStock au gré des ravitaillements et des aléas de course…

Mon 5ème relais fut délicat, et comme d'habitude, vers 3h du matin, la question se pose : « Mais qu'est-ce qui m'a pris de participer à une course comme celle là !!! Faut vraiment être débile… ou Maso… » Oui c'est un peu ça, mais à chaque fois on recommence ;) !


La nuit est longue, d'autant que la moto consomme plus qu'habituellement, les relais sont donc plus courts… Mais plus fréquents. J'ai fait le 1er relais de nuit et je fais également le dernier. Ce qui fait 4 relais de nuit, c'est beaucoup, mais tellement bon de voir enfin le jour se lever !
Au petit matin nous sommes 14ème et 6ème de notre catégorie. Les bras, les genoux, les cuisses et le dos souffrent mais répondent encore aux sollicitations. Je réalise des relais réguliers et relativement rapides. Autant dans la nuit qu'au matin, je roule avec les leaders de notre catégorie. Mais au jeu des ravitaillements et des changements de pilotes, les écarts se creusent.
Notre position tend donc à se figer, bien qu'en fin de course nous essayons de remonter en 12ème position.
Lors de mon 10ème et dernier relais, je suis toujours dans les mêmes chronos et ai le plaisir de rouler devant Loris Baz qui assure le spectacle et fait des signes au public, puisqu'à une heure de l'arrivée, il possède 10 tours d'avance sur le second…
Enfin je savoure mon dernier tour à 14h10 et donne la moto à Fred pour le tout dernier relais qu'il terminera en 13ème position et 6ème en stock !

Conclusion : Après une saison 2012 chaotique en endurance (une casse moteur, puis abandon après un pneu éclaté), ça fait vraiment du bien de terminer la course.
En revanche je suis un peu déçu du résultat final, j'espérais me battre pour le podium de notre catégorie, et nous en sommes loin. Pourtant je suis satisfait de ma course, je n'ai pas commis d'erreur. J'ai tout de même perdu un peu de temps lors des relais où la météo était mitigée, mais j'ai préféré assurer. Physiquement j'étais au top et j'ai aligné de bons chronos jusque dans mes derniers tours…

Nous devrions sans aucun doute progresser lors des prochaines épreuves et jouer mieux placés ! J'ai adoré cette semaine avec l'équipe. Elle est sympa, l'ambiance y est très bonne et chacun met du coeur à travailler. C'est une équipe avec qui j'ai pris plaisir à participer à l'épreuve et je leur adresse un grand merci à tous !!!

Un grand merci également à tous mes partenaires et à tous les partenaires de l'équipe !



Cédric Tangre





  • 77ème Bol d'Or Moto à Magny-Cours (2/8) » Voir 77ème Bol d'Or...
  • 77ème Bol d'Or Moto à Magny-Cours (3/8) » Voir 77ème Bol d'Or...
  • 77ème Bol d'Or Moto à Magny-Cours (4/8) » Voir 77ème Bol d'Or...
  • 77ème Bol d'Or Moto à Magny-Cours (5/8) » Voir 77ème Bol d'Or...
  • 77ème Bol d'Or Moto à Magny-Cours (6/8) » Voir 77ème Bol d'Or...
  • 77ème Bol d'Or Moto à Magny-Cours (7/8) » Voir 77ème Bol d'Or...
  • 77ème Bol d'Or Moto à Magny-Cours (8/8) » Voir 77ème Bol d'Or...
  • Cliquez pour agrandir l'image
    Cédric Tangre reste sur sa faim après un Bol d'Or dans le top 15. (Esprit-Racing)
    Cédric Tangre reste sur sa faim après un Bol d'Or dans le top 15. (Esprit-Racing)
    • Dans la même catégorie

    • Le RAC 41 est un team fidèle au Bol d'Or.

    • PlusRace réalise avec succès son baptême en Endurance

    • Le team 18 est confiant dans le potentiel de la Kawasaki !

    • Guillaume Dietrich aime l'Endurance avec R2CL !

    • Nouveau podium pour Grégory Fastré au Bol d'Or

    Plus de news »

    Publicité