World-Endurance by Esprit-Racing
|
WORLD-ENDURANCE.COM | 15.01.12 | 18:33 WORLD-ENDURANCE.COM | 15.01.12 | 18:33


Les 24 Heures de Dubaï se sont achevées prématurément pour le Charentais Christophe Contre et ses équipiers. Malgré la détermination des mécaniciens qui ont tout tenté pour que l’aventure aille à son terme, il a bien fallu se résigner à rendre les armes dans la nuit émirati. Dommage, car la GC10 V8 n°105 s’est battue pour la tête de sa catégorie en début d’épreuve…


Affronter une course de 24 heures avec une nouvelle voiture peut réserver des surprises. Dans le cas de la GC10 V8, elles furent tantôt bonnes, tantôt… moins bonnes.

L’équipe technique a dû résoudre pas mal de problèmes de jeunesse pendant les essais, notamment au niveau du circuit de lubrification. L’auto n’a pas pu boucler le moindre tour, ni aux essais libres, ni en qualifications. Mais quand tout fonctionnait normalement, la performance était au rendez-vous. Le proto français au look de BMW série 1 semblait tout à fait en mesure de rivaliser avec les Dodge Viper, Chevrolet Corvette, Ford Mustang, Nissan 370Z et autres Renault Mégane Trophy qui faisaient figure d’épouvantail dans la catégorie SP2.

Jeudi soir, aux essais de nuit, l’équipage composé de Christophe Contre, Eric Poitevineau, Michel Pulinx, Bernard et Olivier Salam est crédité du meilleur temps. La chaleur est étouffante quand le feu vert libère le peloton, vendredi à 14 heures. La n°105 oublie vite sa 72ème place sur la grille de départ. Au cinquième tour, elle pointe déjà en 30ème position au général, et elle s’empare de la tête de sa catégorie à la 38ème minute. Au cap des 4 heures de course, au gré des changements de pilotes, elle est encore parfaitement dans le rythme des leaders.

Les ennuis commencent alors à assaillir le quintet franco-belge. Christophe, qui adore le pilotage nocturne, nous raconte le début de la fin : « j’ai dû m’arrêter à plusieurs reprises sans pouvoir boucler plus de deux tours d’affilée car l’alternateur ne permettait plus aux phares de fonctionner. Puis, la transmission a brutalement lâché dans un freinage et il n’était pas possible de continuer. C’est rageant car la voiture a un vrai potentiel et l’équipe n’a pas ménagé ses efforts. Je retiens la satisfaction d’avoir participé au développement d’un projet technique intéressant, dans le contexte d’une grande course internationale, dont le niveau progresse d’année en année. »

Cette déception sera vite oubliée. Après un crochet par Angoulême, Christophe s’envolera dans quelques jours pour la Floride. Il doit rencontrer des teams américains afin de préparer une future participation aux 24 Heures de Daytona ...



Romane Didier / future racing commm



Cliquez pour agrandir l'image
Christophe Contre, bilan 24H00 de Dubaï, ce n’est que partie remise ! (Romane Didier / future racing commm)
Christophe Contre, bilan 24H00 de Dubaï, ce n’est que partie remise ! (Romane Didier / future racing commm)
  • Dans la même catégorie

Plus de news »

Publicité