World-Endurance by Esprit-Racing
 
WORLD-ENDURANCE.COM | 21.04.11 | 21:08 WORLD-ENDURANCE.COM | 21.04.11 | 21:08


Après douze mois de disette, Pierre-Brice Mena a retrouvé le grand frisson de la compétition internationale au volant d’une des GT les plus envoûtantes de la création ! L’accord entre l’Aston Martin DBRS9, l’équipe HEXIS AMR et ses pilotes s’est révélé parfait… jusqu’à la 105ème des 180 minutes, quand un radiateur d’huile a joué le rôle du grain de sable dans la mécanique. Pierre-Brice a dû abandonner alors qu’il caracolait en tête, mais il sait désormais que la victoire sera un objectif réaliste tout au long de la saison…


Les week-ends de la Blancpain Endurance Series commencent par une séance d’essais libres d’une heure que les trois pilotes d’un équipage doivent se partager équitablement. Mais il faut composer avec les aléas. Ainsi, quand Pierre-Brice s’élance à l’assaut d’une piste qu’il n’a plus visitée depuis 2008, la séance est immédiatement neutralisée. Même punition et même drapeau rouge à sa deuxième tentative ! Il doit donc attendre samedi après-midi, pour enchaîner quelques précieux kilomètres de roulage aux essais préqualificatifs.

« J’ai d’abord rôdé les disques et les plaquettes en vue de la course, si bien que je n’ai couvert que trois tours rapides, au milieu d’un trafic assez dense, avant d’affronter les qualifications. »

Celles-ci se déroulent en trois courtes séances d’un quart d’heure: une par pilote. Mais un seul utilise un train de pneus neufs, et l’équipe désigne logiquement Yann Clairay, qui est non seulement le plus expérimenté dans ce type de course mais aussi celui qui est le moins « en manque » de compétition.

Yann Clairay place l’Aston Martin n°3 à la corde de la 3ème ligne sur la grille de départ. A 14 heures, la meute se précipite dans l’entonnoir de la première chicane dite « Variante Del Rettifilo », sans encombre pour le Français qui gagne déjà une place et s’empare du commandement dès le 5ème tour.

Seul, le vainqueur des 24 Heures du Mans 1998 Stéphane Ortelli parvient à l’en déloger, mais ce dernier doit effectuer un ravitaillement anticipé en raison d’une crevaison. Yann Clairay est donc de nouveau en tête quand il ravitaille et laisse le volant à Pierre-Brice à la fin de la première heure de course. L’équipe HEXIS AMR fait honneur à sa réputation de reine des pitstops, et une fois l’ensemble des concurrents passés à la pompe, Pierre-Brice constate qu’il possède 8 secondes d’avance sur la Ford GT, qui crève à son tour. Le plus proche poursuivant du jeune Angoumoisin est désormais la Ferrari 458 Italia de l’équipe Vita4one, championne du Monde FIA GT1 en titre. L’écart fluctue entre 20 et 25 secondes au gré du trafic, jusqu’à 15h45…

Depuis trois tours, on distingue sur les écrans de TV une fumée s’échappant de l’Aston Martin. On croit d’abord à une crevaison, mais cette thèse est discréditée par la lecture des chronos, qui restent corrects. En fait, Pierre-Brice a vraiment de quoi être inquiet et il entre en communication avec son équipe.

« J’ai vu l’alarme « Oil P » s’allumer par intermittence sur le dash board, ce qui correspond à la pression d’huile. J’ai décrit à l’équipe ce que je voyais et quand j’ai signalé que le tableau de bord venait de s’éclairer en rouge, j’ai entendu « box, box ! ». J’étais dans la Parabolique et j’ai pu m’engouffrer dans la voie des stands. En découvrant la fuite d’huile, l’équipe a vite compris que l’abandon était irrémédiable. »

Le bilan de cette première épreuve est donc partagé entre déception et satisfaction, mais ce second sentiment semble l’emporter dans le coeur de Pierre-Brice:

« Mon début de relais s’est beaucoup mieux passé que je l’imaginais. J’ai pris très vite un bon rythme avec les pneus neufs, en suivant les repères de freinage que Yann m’avait conseillés après les qualifications et en respectant les instructions de notre team-manager Philippe Dumas: adopter un pilotage propre pour ne pas trop dégrader les pneus, vite dépasser les voitures plus lentes tout en limitant la prise de risque, lever le pied au bout des lignes droites pour économiser le carburant… Dans un sens, c’est dommage de passer à côté d’une opportunité de victoire, mais on ne s’attendait pas à être aussi performants sur ce circuit. On a montré qu’on pouvait jouer un rôle dans ce championnat. »

La prochaine épreuve se déroulera le 22 mai à Navarra, en Espagne, et servira d’ultime répétition avant le grand rendez-vous estival des 24 Heures de Spa.

www.pbmena.com

Romane Didier / future racing commm



Cliquez pour agrandir l'image
Un début de saison tonitruant pour Pierre-Brice Mena  (future racing)
Un début de saison tonitruant pour Pierre-Brice Mena (future racing)
  • Dans la même catégorie

  • 24H du Mans auto: La Journée Test, comment ça marche ?

  • Yann Clairay: Un radiateur qui refroidit… les espoirs de victoire !

  • Pescarolo Team Autovision prêt pour la journée test des 24 Heures auto

  • Les 24 Heures du Mans Autos diffusées sur Eurosport jusqu'en 2013

  • 24 Heures du Mans Auto 2011: Un festival de concerts !

Plus de news »

Publicité