World-Endurance by Esprit-Racing
|
WORLD-ENDURANCE.COM | 20.07.11 | 18:24 WORLD-ENDURANCE.COM | 20.07.11 | 18:24


En cette mi-juillet se déroulait une des classiques annuelles du championnat BMEC. Sur le circuit de Dijon, autant le samedi que le dimanche, 41 équipages ont livré de belles batailles. Le soleil du samedi et la piste quasi constamment humide le dimanche amenaient cependant deux courses totalement différentes.


Lors de la qualification du vendredi, l’équipe Herpigny Motors - BMW, avec Grégory Fastré et Vic de Cooremeter, s’octroyait la pole. Avec un chrono de 1.20.987, Fastré s’illustrait une fois encore et démontrait posséder une classe à part.
Juste derrière, on retrouvait la Yamaha R1 du Campus Francorchamps, partagée par Michaël Weynand et Nina Prinz. Cette dernière effectuait son come-back en Bourgogne après sa fracture de la cheville et signait, d’emblée, des chronos intéressants.  
City 2 Roues, Deschouwer Racing et Motorsportschool Zolder  suivaient à peine plus loin.  
Du côté des 600, le Team Bi ke Design (Kawasaki) devançait le GM Motoracing, alors que Zone Rouge se montrait le plus véloce en « Trophy ». Mais dans toutes les classes, les écarts étaient minimes et présageaient des compétitions passionnantes.


Samedi : Au départ, alors que Rafaël Sinke connaissait des problèmes électroniques avec sa Kawasaki ZX6-R, Grégory Fastré manquait un peu de concentration. Il n’en fallait pas davantage pour voir  Bastian Mackels signer le holeshot devant Marc Fissette.  François Fabian, qui avait été contraint d’emprunter la pit lane lors du tour de chauffe, s’élançait en queue de peloton, mais après seulement quelques centaines de mètres il chuta avec malheureusement de lourdes conséquences pour sa moto. Ainsi, dès le premier tour, le drapeau rouge était agité, mais après une courte interruption, la course pouvait reprendre de plus belle.

Mackels, avec dans sa roue Fissette, Fastré et Eric Van Bael, imposait un tempo rapide qui disloquait le peloton. Au quatrième passage, Herpigny Motors s’emparait du commandement et, dès cet instant, tous les autres participants ne pouvaient plus qu’apercevoir la roue arrière de la BMW !

Lors des arrêts aux stands, les positions se modifiaient bien quelque peu, mais tout rentrait dans l’ordre initial après quelques tours supplémentaires.
Steven Degreef entamait la liste des malchanceux en rangeant sa BMW dans les stands suite à un problème de vilebrequin.
Motorsportschool Zolder connaissait aussi un sérieux coup du sort avec la glissade d’Eddy Geudens.

Derrière la BMW de Herpigny Motors, la lutte était farouche entre City 2 Roues (Marc Fissette et Xavier Michel), le Campus Francorchamps, le Deschouwer Racing (Tommy Deschouwer et Eric Van Bael) et le Continental Racing Team (Jo Huyskens - Wim Van den Broeck). Seulement, la course ne se joue pas uniquement sur la piste, le travail aux stands s’avéra tout aussi prépondérant.

Les « gros bras » d’ Herpigny Motors - BMW accomplissaient 65 tours et l’emportaient  avec un tour d’avance sur City 2 Roues - Race Styling TE et Campus Francorchamps. Deschouwer Racing devait se contenter de la quatrième place, suivi du Continental Racing Team.

En « Trophy », personne ne rivalisait avec le Team Zone Rouge qui occupait une belle 6ième place au général.

En classe 600, une chaude bataille se développait surtout suite aux problèmes du team Bike Design Benelux obligé de laisser filer ses opposants pour la gagne.
Ainsi le GM Motoracing, avec Benali et De Kimpe, enlevait finalement cette catégorie devant Sinke/Dewit et Hautekiet/Bentein.

Suite à un accrochage entre Shaun Berrewaerts et Daniel Aeroundt, la manche était stoppée dix minutes avant son terme. Mais heureusement, il y eut plus de peur que de mal même si les deux pilotes ne pouvaient disputer l’épreuve dominicale.


Dimanche : La pluie, le vent et le froid s’invitaient au menu du dimanche. Heureusement, la pluie s’arrêtait assez rapidement, mais la piste restait humide quasi tout au long de l’épreuve.
Un scénario complètement différent allait s’y dérouler, même si Mackels s’élançait une fois encore en tête du peloton.
Fastrè prenait un départ prudent, mais, comme son coéquipier De Cooremeter, plus la piste séchait, plus il revenait aux avants postes. Fissette était pourtant le plus rapide et s’adjugeait un tour d’avance.
Après une petite demi-heure supplémentaire, Fastrè revenait en piste chaussé de pneus slicks. « C’était un risque, comme il l’expliqua plus tard, mais, avec les passages, une trace suffisante avait séché sur la bonne trajectoire. Seul les dépassements étaient très délicats. »


Cette tactique s’avérait intelligente car, à 8 tours de l’arrivée, la BMW prenait l’avantage sur le team City 2 Roues. Cette fois on voyait Gian Mertens/Benny Goossens, plus accrocheurs, livrer une belle bataille avec Wynants/Prinz, Deschouwer/ Van Bael et Huyskens/Van den Broeck. Quatre équipages qui évoluaient de bout en bout dans le même tour.
Motorsportschool Zolder faisait moins bien car Eddy Geudens devait rouler sur la machine de Koen Rymenants et, manifestement, ne s’y sentait pas trop à l’aise.
Quant à Time 2 Beat et Rebels Continental, ils abandonnaient.

Fastré terminait en wheeling sous le drapeau à damier et rappelait qu’avec son coéquipier De Cooremeter, ils étaient bien les maîtres du championnat.
Finissant deuxième, Fissette ne cachait pas sa déception.
Jo Huyskens signait une meilleure course. Wim Van den Broeck avait pris le départ pour le Team Continental et entamait bien son entrée en matière. Jo reprenait ensuite le guidon et allait tout aussi bien, mais devait laisser passer le Campus Francorchamps et Deschouwer en vue du but.
Ce dernier était tout sauf content. « Sur cette piste humide, la R1 n’offrait pas de bonnes sensations déclarait Tommy. Je n’osais simplement pas aller plus vite. »
Mackels-Van Mol-Kapusi terminaient sixième devant  Mertens/Goossens.

Dans la classe 600, la première place ne pouvait échapper à une Kawasaki puisque quatre ZX6 verte se disputaient la victoire.
Le tandem De Wit/Sinke ne rencontrait aucun problème aujourd’hui, mais terminait un point trop court pour remporter le classement final. Les « anciens » Serge Julin et Michaël Troiano s’adjugeaient la deuxième série de cette classe 600 devant le team Bike Design et le GM Moto Racing.
En « Trophy », Wim Bieseman et son associé Fred Arcari plaçaient leur Suzuki sur la plus haute marche du podium.

Après des débats aussi palpitants, on est impatient de vivre les 6 Heures Moto de Spa – Francorchamps, les 12, 13 et 14 août.

Tous les résultats sont disponibles sur www.bmec.be



Cliquez pour agrandir l'image
Grégory Fastré s’illustre une fois encore et démontre posséder une classe à part ! (Jonathan Godin)
Grégory Fastré s’illustre une fois encore et démontre posséder une classe à part ! (Jonathan Godin)
  • Dans la même catégorie

  • LES 4 HEURES DU CMC 2011

  • Belgian Moto Endurance Championship, une nouvelle appellation pour une formule gagnante

  • Des camions sur le Bugatti !

  • JUNIOR LOTUS RACING aux 24H du Mans karting, entre performance et déception !

  • Le team LTG #57 victorieux à Spa

Plus de news »

Publicité