World-Endurance by Esprit-Racing
|
WORLD-ENDURANCE.COM | 01.08.11 | 17:17 • Mis à jour le 01.08.11 | 17:20 WORLD-ENDURANCE.COM | 01.08.11 | 17:17 • Mis à jour le 01.08.11 | 17:20


C’est encore une belle surprise que nous a offert HEXIS AMR aux 24 Heures de Spa. Totalement novice sur une épreuve aussi longue et difficile, l’équipe française a placé ses deux Aston Martin aux 8ème et 15ème places, loin devant les trois autres DBRS9 engagées.


La n°4 figurait même toujours parmi les candidates au podium absolu en vue de l’arrivée, après avoir pointé dans le Top 4 pendant près de dix heures…

HEXIS AMR a donc rapidement gagné ses galons d’équipe d’endurance, dans un contexte on ne peut plus relevé. Face à ses deux Aston Martin, un modèle dont les débuts remontent à plus de cinq ans, on retrouvait en effet parmi les 62 engagés la fine fleur de la catégorie GT3. Onze marques étaient représentées au départ de ces 63èmes 24 Heures de Spa. La présence du Docteur Wolfgang Ullrich dans les stands des quatre Audi soutenues par l’usine ne laissait pas planer de doutes quand aux ambitions du constructeur allemand. Il en allait de même chez BMW ou Mercedes-AMG, dont les Z4 et SLS ont été lancées il y a respectivement un et deux ans, sans parler des nouvelles Ferrari 458 Italia présentes en force, des Porsche toujours redoutables en Belgique, des Lamborghini très affutées ou des McLaren qui faisaient figure d’épouvantail.

Ajoutez à cela les difficultés propres à toutes les courses de 24 heures, les conditions climatiques qui se chargent souvent de pimenter les débats dans les Ardennes et vous conviendrez que l’équipe française s’attaquait à une montagne au pied du célèbre Raidillon de l’Eau Rouge ! Elle a d’ailleurs commencé, juste avant le départ, par commettre une erreur qui aurait pu avoir des conséquences rédhibitoires pour l’Aston Martin n°4 de Fred Makowiecki, Henri Moser et Stef Dusseldorp. Contraints de renoncer à leur 11ème place de grille et de partir des stands, le Français, le Suisse et le Néerlandais ont entamé une remontée seulement troublée par des soucis mineurs et deux remises à neuf des freins.

Au cap de la mi-course, la 4ème place était atteinte, avec seulement cinq tours de retard sur l’Audi des futurs vainqueurs. A 8 heures du matin, la 4 s’installait au 3ème rang, en maintenant l’écart avec la tête. Elle n’abandonnera l’espoir d’un podium qu’à un peu plus de deux heures du but, chutant à la 15ème place à cause d’un accrochage suivi d’une avarie du système de direction assistée.

La DBRS9 n°3 de Yann Clairay, Pierre-Brice Mena et Julien Rodrigues a connu un parcours bien différent, finalement récompensé par une réjouissante 8ème place. Seulement 33ème sur la grille de départ, elle était déjà 8ème au terme de la première heure, mais elle a ensuite dû lutter jusqu’au bout pour retrouver son rang initial. La faute à un accélérateur bloqué, une colonne de direction à refixer et un accrochage à l’épingle de la Source. Mais par la suite, à l’exception des incontournables interventions sur le freinage, plus rien n’est venu troubler sa progression.

Fred Mako : « je suis heureux d’avoir réussi tout cela avec HEXIS AMR. Sans expérience de l’endurance, ils n’ont pas fait d’erreur stratégique, et les pitstops ont été excellents. Tout le monde doutait de la fiabilité des Aston Martin, et les voitures ont tourné comme des horloges. Nous étions P3 à trois heures de la fin et le podium nous tendait les bras… Je suis déçu de ne pas avoir concrétisé, mais l’équipe peut être fière de ce qu’elle a réalisé ici. »

Henri Moser : « l’équipe a présenté au départ des voitures qui étaient comme neuves, préparées pour aller au bout et tout a été fait pour qu’on se sente bien au volant. La météo a été de notre côté, nous aurions souffert davantage s’il avait beaucoup plu. Nous avons évité les embûches jusqu’à deux heures trente de la fin…à l’année prochaine ! »

Stef Dusseldorp : « je suis vidé ! C’était une expérience fantastique, avec des équipiers qui connaissaient bien l’endurance. Notre début de course a été difficile avec ce problème de frein qui nous a obligés à partir derrière le peloton, mais il restait 24 heures pour dépasser ! Nous sommes revenus de loin, grâce à un rythme rapide en piste, un super travail de l’équipe. Tout se passait bien jusqu’à mon contact avec l’Audi n°23, qui a déclenché nos ennuis de direction assistée. Au final, c’est positif d’avoir découvert l’endurance et le pilotage de nuit en attaquant du feu vert au drapeau à damier, mais bien sûr on espérait un meilleur résultat. »

Yann Clairay : « franchement, toute l’équipe mérite le respect… et de passer de bonnes vacances, après l’énorme travail accompli ! Personne ne doit être déçu car le résultat est au-delà des espérances. Pour une première, c’est formidable d’avoir rencontré aussi peu de problèmes techniques. Pour les pilotes, ça n’a pas été évident non plus au plan physique car nous n’avions pas les aides au pilotage dont disposent les voitures de nouvelle génération. »

Pierre-Brice Mena : « j’étais bien préparé mais il faut reconnaître que c’était dur. J’ai mal partout. L’équipe a fait un boulot de fou, ils étaient tous à fond, impliqués à 100%. Dans une course pareille, avec un tel niveau, on peut être fiers de finir dans le Top 10. »

Julien Rodrigues : « on ne donnait pas cher de notre peau, avec une Aston Martin jugée peu fiable. L’équipe HEXIS AMR a travaillé plus de trois mois pour réussir cette première grande course d’endurance. Ils ont su nous donner les vitamines pour aller jusqu’au bout de l’aventure ! »

Clément Mateu, responsable du développement : « Pour cette première course de 24 heures, nous avons un sentiment partagé. D’un côté, la déception d’avoir perdu le podium et de l’autre, la satisfaction d’être à l’arrivée avec les deux voitures, et d’avoir joué un rôle en bataillant d’égal à égal contre des teams disposant d’une expérience et de moyens nettement supérieurs. »

Philippe Dumas, team-manager : « Ce qui domine à cet instant, c’est la fatigue ! Malgré les renforts, nous n’étions peut-être pas assez nombreux pour une telle course. Je suis un peu déçu mais surtout très content et fier de ce qu’on a montré ce week-end, de cette belle aventure partagée ensemble. »

Les deux Aston Martin HEXIS AMR affronteront la manche française du calendrier de la Blancpain Endurance Series à Magny-Cours les 27 et 28 août prochain.

Romane Didier / future racing



Cliquez pour agrandir l'image
Les deux Aston Martin HEXIS AMR au bout de l’effort (Antonin Grenier)
Les deux Aston Martin HEXIS AMR au bout de l’effort (Antonin Grenier)
  • Dans la même catégorie

  • 24 Heures de Spa : Audi remporte avec la R8 LMS, la plus importante course d’endurance réservée aux GT

  • Blancpain Endurance Series – Brillants débuts aux 24 Heures de Spa pour Pierre-Brice Mena

  • Qualifications 24 Heures de Spa, deux Audi R8 LMS dans le top ten

  • Les premières 24 Heures de Pierre-Brice Mena, pilote Aston Martin HEXIS AMR

  • Pegasus Racing ne mollit pas à Imola

Plus de news »

Publicité