World-Endurance by Esprit-Racing
 
WORLD-ENDURANCE.COM | 04.01.11 | 14:58 • Mis à jour le 05.01.11 | 12:34 WORLD-ENDURANCE.COM | 04.01.11 | 14:58 • Mis à jour le 05.01.11 | 12:34


Alors Pépère le coeur a tenu ? C'est par cette frasque amicale que Matthieu Lagrive interpella Gilles Dutertre à la fin de son premier relai au guidon de la numéro 100, lors des 6 heures de Bahrein, disputées le 20 Novembre dernier. Je faisais attention. Je ne voulais pas la mettre par terre. Rassures - toi, il y en avait encore !


Typique Matthieu sourit Gilles, le patron du Team Endurance 45, qui espère revoir en vidéo les images de ce début de course tonitruant. Avec un pneu ruiné à l'arrière, soudé comme un porc, ça patine et ça patine....et ça passe... en tête avec notre modeste Superstock...inimaginable...
De retour à Cléry St. André avec au moins 40 degrés de différence entre la Sologne et le Golfe Persique,  calé dans son fauteuil, face aux bûches rougeâtres de la cheminée du salon, Gilles Dutertre savoure cet exploit avec délectation.
Il revoit cette séquence virtuelle digne d'un comte de fée et revient sur l'histoire de sa petite écurie privée.
A 50 ans; je me suis jeté, en 2006, dans le grand bain de la course sans réfléchir. Je suis un novice.
Par passion, je voulais être pilote, étant jeune, mais j'aurais été trop mauvais !
A la base je suis mécanicien auto et puis je suis rentré chez Thalès. J'ai beaucoup voyagé. Aujourd'hui je suis prescripteur en ce qui concerne la partie militaire et veille à l'approvisionnement en composants électroniques, hydrauliques... pour toutes les réparations des missiles venant de toute la planète. (Secret défense oblige, inutile de demander d'autres détails car  ceci ne nous concerne pas de toute manière)
Mon rêve était de faire le Bol d'Or, poursuit Gilles, car c'est à mes yeux la plus ancienne mais surtout la plus belle des courses. En 2003, nous débutons en championnat de France et en 2004 nous alignons au Bol une Suzuki Gsx-R 1000 en Stock ( machine de série ) . Nous finissons l'épreuve 13ème au général et 6ème de la catégorie. L'année suivante une chute ne nous permet pas d'améliorer ce résultat. Et puis voilà qu'en 2006 nous plongeons dans le grand bain en disputant le championnat du Monde complet  que nous remportons, comme en 2007, dans la catégorie Superstock.
C'est aussi  à cette période là que j'ai bénéficié des conseils avisés de Jean-Jacques Cassegrain, chez qui j'achetais mes motos.

Ce dernier, vice champion de France de vitesse en 1962 sur une 250 Aermacchi est aujourd'hui à la retraite. Il a tenu durant 35 ans à Orléans une des plus importantes concessions multi-marques ( Kawasaki, Bmw, Mbk, Suzuki. ...) et fait courir de 1973 à 1976 des Kawasaki en endurance avec une brillante seconde place au Bol 75 pour Gilles Husson et Christian Estrosi ( oui,oui l'ex-ministre de l'industrie et toujours  Maire de Nice ) et une victoire aux 8 heures du Nürburgring 76 pour Maurice Maingret et Jean-Bernard Peyré.

L'écurie Cassegrain, managée par Alain Monnot et aidé par Total grâce au coup de coeur de Georges Saint - Génies, le patron du service compétition de l'époque, a fait débuté en endurance de futurs champions de vitesse.
Citons ainsi Patrick Pons, William Gougy vainqueurs de la Coupe Kawa  ( 3ème des 10 h. de Montlhéry 1973 )  ou Hervé Moineau ( Abandon sur bris de chaîne à 5 heures du matin alors qu'il était en tête avec Maurice Maingret des  24 h. de Liège 1976 ).

Ajoutons aussi - entre autres -  la domination et la victoire dans  toutes les catégories au Tour de France moto 1974 avec William Gougy au scratch, Georges Fougeray en circuit et Christian Estrosi en Courses de côtes.
En 1977, Cassegrain arrête la compétition trop coûteuse, même pour un grand concessionnaire, et passe la main à Jean - Bernard Peyré aidé déjà par un certain Dominique Méliand aujourd'hui à la tête du Sert dix fois champions du Monde d'endurance.

Une superbe histoire d'amitié qui se poursuivra au delà des destins tragiques de Jean-Bernard Peyré et de Christian Léon disparus alors qu'ils devaient former l'équipage leader de Suzuki, en endurance.

1980 sera l'année noire la plus terrible des sports mécaniques qui  enregistrera aussi la perte des immenses talents comme Patrick Pons, Michel Rougerie et Patrick Depailler.

Je connaissais de loin Jean-Jacques, se rappelle Gilles, à l'époque des Kawa vertes et avant que je parte pour le service militaire. Je bavais devant la vitrine du magasin car les lendemains de course la moto était exposée dans son jus et je me disais: il aurait pu passé un coup de chiffon car elle était vraiment sale ! Ils en rigolent en coeur aujourd'hui et se retrouvent en pure amitié pour la passion commune de la compétition.
La préparation des machines du Team Endurance moto 45 est assurée par Gilles et  Manu ( l'ancien chef d'atelier du magasin Cassegrain ) et s'effectue au sous-sol du pavillon familial que vient de rejoindre Patricia, l'épouse de Gilles, secrétaire au Brgm. Elle est la cheville ouvrière de l'écurie ( secrétariat, logistique, intendance, chronométrage, fire-woman....) et  veille sur tout .

Deux jours après Bahrain, elle sort d'une journée de reprise épuisante mais assure déjà les préparatifs de la soirée du Team,  prévue  Samedi à la salle des fêtes du village. Car chez les Dutertre, on sait et aime à bien recevoir les amis. Tous les ans, neige ou pas, est célébré la saison écoulée afin de récompenser, de leur aide précieuse, tous les bénévoles, sans qui rien ne serait possible.
Patricia a même concédé un coin de la salle à manger, transformé en musée, pour y installer la moto 2008 !
Sophie, la fille unique de Patricia et de Gilles, a contracté également le virus de la course. Elle vit à Lisieux aux côtés d'Alexandre Lagrive, le petit frère de Matthieu qui pilote aussi la #100 depuis trois saisons.
Team Endurance Moto 45
Vous suivez ?
Alors je continue, car Patrick, le père de Matthieu et Alexandre,  assurait le poste de pilote suppléant au brassard vert lors du dernier Bol d'Or. On a la course dans les gênes chez les Lagrive et le sens du labeur en commun au sein de la briqueterie familiale.
Gilles Dutertre revient sur Bahrain et la venue surprise  de Matthieu : C'était inespéré pour nous. Il m'a contacté avant Doha car le Gmt n'allait pas à Bahrain ( Matthieu Lagrive a signé pour l'an prochain avec le Gmt et disputa les 8 heures de Doha au guidon de la Yamaha numéro 94. Une chute de David Checa ruinera les espoirs de l'écurie de Ch. Guyot ). C'est comme ça que ça s'est fait. Et puis, il avait envie de rouler avec son frère.
Alexandre confirme :  Au fond de moi ça faisait longtemps que j'envisageais cela. Et là , ça se termine par un podium. Disons qu'il a été énervant pour moi et Julien ( Diguet ) car maintenant nous n'avons plus d'excuse. Il faut mettre gaz ! 
En début de saison au Mans, on ne savait pas d'où venait notre manque de performance. Pneus ? Amortisseur ? Nous avons manqué en permanence de grip. Il a fallu faire une modification à l'amortisseur pour que cela aille bien. Sinon, il n'y a pas de comparaison avec ce modèle 2010 car son boîtier kit apporte un mieux évident au niveau moteur par rapport à l'an dernier.
Ce que l'on a appris avec Matthieu, reprend Gilles, c'est qu'il y a bien une chose qui ne va pas: l'amortisseur Ohlins. Nous  travaillons sur le ressort  mais nous avons l'impression qu'il n'y a pas d'hydraulique. Je vais revoir cela cet hiver !
Aux essais libres du Jeudi matin, j'ai dit :  on laisse les mêmes réglages qu'à Doha. Je n'ai pas eu tort. Matthieu fait deux tours :  Baisse l'assiette de deux mn.à l'arrière, nous demande t-il !  Il est reparti. Les temps sont tombés tout de suite. En qualifs, il fait le troisième temps absolu avec notre stock.
Julien Diguet, coéquipier de Matthieu et Alexandre enchérit : La venue de Matt. nous a fait progresser. C'est inexplicable le bond que nous avons pu faire et nous voyons les choses différemment maintenant. C'est plus simple. Nous nous prenons moins la tête.  J'entends encore Matthieu nous répéter : il faut se poser la bonne question !
 Je suis content de ma progression, continue Julien, et je pense faire partie de la veine assez rapide mais je suis encore loin des pilotes comme Matthieu. J'aime beaucoup aussi le style de Vincent Philippe. Je ne pensais pas être à ce niveau un jour. J'ai à coeur d'être performant sur la piste et dans mon travail (Julien Diguet est concessionnaire Suzuki à Blois). Je préfère l'endurance, c'est plus simple car je ne sais pas aller vite sur un tour. J'ai intégré le team à Albacète en milieu de saison et avoir réussi deux podiums en quatre courses va au delà de mes espérances. C'est super ! Nous ne connaissons pas assez les pneumatiques, donc nous avons du mal a nous adapter mais nous progressons et les chronos se rapprochent de la tête. En 2011, j'ai bien l'intention de continuer avec Endurance Moto 45.
Team Endurance Moto 45
Gilles Dutertre repartira sur les mêmes bases pour la saison prochaine: Je fais rouler mes motos deux saisons car nous sommes tout de même satisfaits de nos Suzuki, même si nous ne recevons aucune aide de l'importateur. Je pense récupérer un  ancien  de la maison : Adrien Ganfornina.

L'ensemble de la saison 2010 est positif.
Le Mans, c'est la faute à pas de chance. De l'huile sur la piste, ça ne pardonne pas !

Le podium du Bol nous a rassuré et nous a permis de voir que nous n'étions pas complètement à la cave ( 11èmes au scratch comme en 2008 ) coupe Alexandre.

A Doha nous terminons avec le carter moteur fendu alors que nous étions 3èmes en stock et 14ème au général à la mi-course, ce qui nous fait perdre la 3ème place au championnat du Monde. La fée endurance en a voulu autrement ! Philosophe ce Gilles.
Bahrain était une course comme les autres, pas du manège ! Nous finissons quatre au général et deux en superstock mais nous avons cassé le haut de la biellette de sélecteur, sinon nous aurions pu faire trois au scratch . C'est la course !
 Je ne sais pas ce que les autres disent de la venue de Matthieu chez nous ? J'ai un principe: Je ne vais pas traîner dans les stands des autres. Je ne suis pas curieux et les cancans du paddock, ce n'est pas le genre de la maison !

Une chose m'a fait plaisir : après la course de Doha, nos voisins de box, Le Yart champion du Monde 2009, sont venus nous féliciter pour la rapidité de nos interventions. Ce qui nous manque, c'est du roulage, du roulage, des essais. Deux courses en quinze jours ce n'est pas facile pour les privés par rapport aux congés des bénévoles et nous sommes tous bénévoles....

J'espère avoir de bons pneus chez Michelin en 2011. Un signe : après l'abandon du Yart, tout le staff de Clermont a suivi la seconde moitié de l'épreuve à l'intérieur de notre stand, subjugué par les chronos de Matthieu Lagrive.
Noël est passé avec de la neige en avance. Un bien joli cadeau de la vie est sur le point d'arriver au sein du foyer de Sophie et Alexandre. Patricia, Gilles, Patrick... seront bientôt grands-parents !
La fée endurance l'a voulu certainement ainsi. N'est-ce pas pépère Gilles?
Bravo et Merci à Tonton Matt !
Champagne !
Texte & Photo par Michel Picard
.


  • Bol d'Or Moto à Magny-Cours » Voir Bol d'Or Moto...


  • Cliquez pour agrandir l'image
    Endurance Moto 45 sur le circuit de Bahrein (Michel Picard)
    Endurance Moto 45 sur le circuit de Bahrein (Michel Picard)
    • Dans la même catégorie

    • Endurance QTEL FIM 2010 : la saison en images !

    • Le Team LTG#57 aux 6 Heures de BAHRAIN

    • ENDURANCE 2010, le livre de référence dédié au Championnat du Monde d'Endurance Moto

    • Le SH Technologie clôt sa saison sur un Top 10.

    • Honda lance le TT Legends World Endurance

    Plus de news »

    Publicité