Belle Performance Du RAC 41
32ème édition des 24 Heures du Mans


RAC 41 – City Bike - Photo : Esprit-Racing
RAC 41 – City Bike Photo : Esprit-Racing


Le RAC 41 – City Bike (Suzuki) décroche une belle 7ème place lors de la 32ème édition des 24 Heures du Mans.


Un top 10 !
Au bout de la nuit, au bout de l’effort, au bout du suspens et du stress, le RAC 41 entre dans le top 10 de cette épreuve d’endurance mythique que représentent les 24 Heures du Mans moto. Qui l’aurait crû en septembre dernier !



Une équipe formidable
Sûrement pour le manager de l’équipe Arnaud Larose. « Les mécaniciens ont découvert la nouvelle moto, la Suzuki GSXR, au début de l’automne. Auparavant, nous courrions sur Yamaha. Ils ont fait un travail remarquable. Un travail de l’ombre. Sans eux, rien ne serait possible. Nous n’avons pas eu un week-end, une soirée de libre. Bien souvent, nous avons travaillé dans le froid de l’atelier avec juste un petit appareil de chauffage bien insuffisant. Nous avons cherché toutes les astuces pour gagner du temps dans les ravitaillements et, bien entendu, sur la piste » se réjouit Arnaud Larose.

C’était donc un défi de se lancer dans cette aventure avec seulement quelques mois de préparation. Pourtant, ils l’ont fait et bien fait. A l’issue des essais qualificatifs, le ton est donné. Le RAC 41 se positionne à la 14ème place sur la grille de départ. Junod, Gantner et Houssin, les trois pilotes de la Suzuki viennent déjà de réaliser un petit exploit. Mais que représentent les essais par rapport à 24 heures de course ?

La météo s’annonce, de plus, capricieuse et pour le moins humide. Les faits de course seront nombreux. « Notre potentiel, nous l’avions démontré par le passé, pouvait nous permettre d’espérer un top 15. Etre rapide aux essais n’était pas notre priorité. D’ailleurs, nous les avons effectués avec la moto de réserve qui manquait un peu de puissance aux dires des pilotes » confie le manager du RAC 41.

Après un warm-up sans histoire, la course débute à 15 heures devant 92 000 spectateurs. Le temps est encore sec. Les 46 pilotes s’élancent.



Course presque parfaite

Greg Junod est le pilote choisi pour « faire le départ ». Et quel départ ! 14ème sur la grille, à la fin de son premier relais, il occupe une magnifique 9ème place certes provisoire mais qui lance de la meilleure façon possible la course pour le RAC 41. Les relais s’enchaînent ensuite jusqu’à la nuit. Et jusqu’au premier incident. Les optiques refusent de s’allumer. Hervé Gantner effectue 4 tours sans lumière mais doit néanmoins s’arrêter au stand. Il n’y voit plus assez. Les mécaniciens mettront moins de 10 minutes pour réaliser la réparation mais le RAC 41 a perdu 4 tours sur ses adversaires directs. La pluie commence à tomber. La nuit sera longue.

Au petit matin, la régularité de la Suzuki GSXR paie. Les chutes et l’entrée du Safety Car permettent au RAC 41 d’intégrer à nouveau le top 10. Puis les ennuis des autres concurrents mieux placés que la Suzuki n°41 propulsent la machine à la 7ème place. Les minutes défilent. Elles sont longues. L’exploit est à portée de mains. Mais un nouveau problème, aux causes inconnues, surgit. Une platine repose pied se détache de la moto sans que celle-ci ait chutée. Bilan : retour au stand et 1‘ 30 ‘’ de perdu.

Ce ne sera pas néanmoins suffisant aux adversaires pour revenir sur le RAC 41 qui arrache une splendide 7ème place après 24 heures de course. « Nous avons réalisé une course presque parfaite. Sans chute du moins !
Mieux, sans les problèmes que nous avons connus, notre tableau de marche nous positionnait à la 5ème place. Je remercie tous nos partenaires sans qui nous n’aurions pas pu porter les couleurs du RAC 41 aussi haut. Je tiens également à remercier Eric Carre et son équipe de City Bike pour nous avoir donné les moyens de réaliser une telle performance » ajoute Arnaud Larose, fier de son équipe.

Le prochain rendez-vous est fixé en septembre. A Magny-Cours pour le Bol d’Or. Le RAC 41 courra avec le nouveau modèle, la Suzuki GSXR Q9. « Nous sommes conscients que c’est un autre gros coup de poker. Nous nous sommes engagés avec le constructeur pour le relever et puis, ainsi, nous prendrons de l’avance dans les réglages de la moto pour l’année prochaine.
Néanmoins, je crois en nos possibilités de réaliser une autre belle performance sur ce Bol d’Or. La fédération nous a même proposé, avant le Mans, de devenir team permanent lors du championnat du monde d’endurance (6 épreuves). Notre équipe est seulement composée de bénévoles qui prennent leurs vacances pour participer aux 24 heures et au Bol. Cela n’était donc pas possible
» conclut Arnaud Larose.

Et l’année prochaine ?


Frantz Delagrange avec la collaboration de Guillaume Lecomte ( De nombreuses photos des 24H00 sur www.glecomte.com )




Imprimez cet article ! Envoyez cet article à un ami !
World-Endurance - Webteam - 01/05/2009 21:06:00