Bol D'or, Une Lutte Intense En Prévision
Championnat du Monde d'Endurance FIM / Qtel


Erwan Nigon et les espagnols Julian Mazuecos et Ivan Silva seront sur la 11 - Photo : Kawasaki France
Erwan Nigon et les espagnols Julian Mazuecos et Ivan Silva seront sur la 11 Photo : Kawasaki France


Pour cette 72e édition du Bol d’Or, la lutte pour la victoire s’annonce plus disputée que jamais.

Bol d'Or Entre les Suzuki du SERT qui ont réalisé le doublé au Mans en début de saison, la Yamaha du GMT 94 qui s’est imposée au Bol l’an passé et la Kawasaki qui vient de remporter la dernière épreuve du championnat du monde d’endurance, c’est sûr, il y aura des déçus dimanche à 15h00.

Ils sont nombreux à pouvoir prétendre légitimement à la victoire. Pourtant, il n’y aura qu’une seule machine qui franchira la ligne d’arrivée en vainqueur le dimanche 14 septembre à 15h00.
Aucun grand favori ne se dégage vraiment avant l’épreuve. Sur la valeur intrinsèque des machines et des pilotes, on peut penser que la bataille pour la pole position va mettre aux prises la Suzuki n°1 de Vincent Philippe, Matthieu Lagrive et Julien Da Costa à la Yamaha du GMT 94 de David Checa, Sébastien Gimbert et Steve Plater. Les deux équipages s’étaient mis en valeur au Mans en affichant rapidité et homogénéité.
Mais les données seront bien différentes pour ce Bol d’Or, car la Suzuki n°1 doit assurer son statut de leader du championnat du monde d’endurance alors que la Yamaha doit assumer son statut de tenante du titre. Pour cette dernière, seule la victoire compte et comme le rappelle son team manager Christophe Guyot, « On est là pour gagner et pour battre les records ! » Le ton est donné.


Bien sûr, Suzuki pourra aussi compter sur sa machine n°2 qui, comme le GMT 94, ne dispute que les deux épreuves phares du championnat : les 24 Heures du Mans et le Bol d’Or.
L’équipe de cette Suzuki n°2 arrivera gonflée à bloc en s’étant imposée deux fois de suite aux 24 Heures du Mans. L’an dernier au Bol d’Or, alors qu’ils étaient encore en position de remporter l’épreuve à quelques heures de la fin, un souci mécanique et une chute les ont fait rétrogradés en 3e position derrière la Suzuki n°1, elle aussi tombée un peu plus tôt en course, et surtout la Yamaha qui s’est imposée de main de maître avec à ses commandes David Checa, Sébastien Gimbert et Olivier Four.
Ce dernier a changé d’équipe depuis et se retrouve ce week-end sur la Suzuki n°2 aux côtés de William Costes et de Guillaume Dietrich. Mais outre ces trois machines à dominante bleue, il faudra aussi compter sur une moto verte pour la victoire. La Kawasaki officielle n°11 possède elle aussi tous les ingrédients pour s’imposer. Une machine performante, une équipe technique rodée aux rouages de l’endurance et un équipage à la hauteur des ambitions de Christian Bourgeois, le team manager.
Preuve de leur capacité à jouer les premiers rôles, la victoire aux 8 Heures d’Oschersleben en août dernier lors de la 4e épreuve de la saison d’endurance. Avec Erwan Nigon et les espagnols Julian Mazuecos et Ivan Silva, le trio de pilotes se montre assez jeune mais déjà expérimenté au plus haut niveau.


Quant à la 4e marque japonaise engagée sur le Bol d’Or, la donne a quelque peu changé. Honda ne s’est plus engagé officiellement depuis des années et reportait sa confiance sur le team National Motos qui a relevé le défi avec les honneurs et notamment une belle victoire aux 24 Heures du Mans 2006.
Pour ce Bol d’Or, le team du concessionnaire francilien s’est attaché les services de deux nouveaux pilotes par rapport aux 24 Heures du Mans de cette année et l’abandon dès les premières minutes sur casse mécanique. Thomas Métro va donc recevoir le renfort de Sébastien Scarnato – qui avait déjà roulé dans l’équipe il y a quelques années – et de Josep Monge, pilote espagnol essayeur chez Michelin. Car c’est sans doute du côté des pneumatiques que la différence pourra se faire.
Honda n’a donc pas délaissé le team National Motos, mais a vu son association avec le magazine Moto Revue aboutir sur une équipe engagée en Superstock pour jouer les premiers rôles avec Jean-Michel Bayle, Sébastien Charpentier et Thierry Traccan au guidon de la CBR 1000 RR frappée du numéro 60 (hommage aux 60 ans de la marque).
Ce retour non officiel somme toute assez timide laissera ensuite place dès l’an prochain à un engagement officiel sur les deux épreuves majeures de la saison. La victoire en catégorie Superstock lors de ce Bol d’Or devrait se jouer entre cette Honda Moto Revue et la Suzuki du Junior Team qui reste le favori dans toutes ces grandes courses avec une équipe certes jeune, mais très rapide et très efficace sur la piste et dans les stands.


D’autres teams privés devraient être à l’honneur sur la piste de Magny-Cours, à commencer par la Yamaha Austria qui écume le championnat depuis de nombreuses années et qui pointe encore actuellement en deuxième position du provisoire derrière le SERT. On surveillera aussi la Yamaha du team Acropolis Moto Expert, 3e des dernières 24 Heures du Mans ainsi que la Kawasaki Bolliger ou même la Yamaha Phase One Endurance qui peuvent toute prétendre à monter sur le podium en cas de souci sur les machines de pointe. Mais ils seront encore une bonne cinquantaine d’équipe à vouloir se rapprocher des premières places, même si pour certains, rallier l’arrivée sans encombre sera déjà un succès.


Le spectacle promet d’être grandiose à tous les niveaux !



Vincent Boyer pour www.boldor.com



Imprimez cet article ! Envoyez cet article à un ami !
World-Endurance - Webteam - 05/09/2008 21:50:00