World-Endurance by Esprit-Racing
|
WORLD-ENDURANCE.COM | 22.09.17 | 14:04 WORLD-ENDURANCE.COM | 22.09.17 | 14:04


Parti treizième de la grille de départ du 81e Bol d'Or, manche d'ouverture du Championnat #FIM #EWC 2017/2018, Robin #Mulhauser aura du faire face avec son équipe à quatre arrêts majeurs au stand durant ses 24 heures.


Occupant des positions au classement général qui auront oscillé entre la 50e et la 10e place tout long de l'épreuve, le pilote Suisse a dû venir à bout d'une véritable course d'obstacles pour passer la ligne d'arrivée à la dix-septième place du classement général.

Les deux séances qualificatives ont placé la Kawasaki du Bolliger Team Switzerland 13e sur la grille de départ. Robin a réussi à faire le meilleur temps de son équipe lors de la première session mais n'aura pas pu l'améliorer le lendemain. « Les qualifications ont été un peu compliquées. Nous étions limités par le matériel alors même qu'en catégorie EWC nous sommes confrontés à des teams d'usine. Mais on savait aussi que sur une course d'endurance, tout peut arriver donc notre inquiétude restait limitée ».

Le départ est donné et la moto de Robin peine à démarrer. Il boucle son tout premier tour à la 20e place et remonte patiemment le classement. La ZX-10R #8 pointe en 15e position au bout d'un quart d'heure de course, à la 12e place après une heure de remontée, et rentrera même dans le top 10 quelques minutes plus tard. C'est malheureusement dans ce deuxième relais, alors que son coéquipier Roman Stamm est en piste que les ennuis vont commencer. « Dès le deuxième relais, un capteur de pression d'huile a lâché. Nous avons dû rentrer la moto dans le box nous avons perdu une vingtaine de tours. Lorsque nous reprenons la piste, nous sommes 50e … ».

Tout est à recommencer pour l'équipe et ses vaillants pilotes qui restent pourtant très motivés ; vers vingt heures ils sont déjà remontés en 12e position. Cependant, la spirale des ennuis semble s'acharner sur le team helvète. « Pendant la nuit, un safety car a fait ralentir le rythme de course, les pneus de la moto ont refroidi et mon coéquipier David Perret n'a pu éviter la chute. Nous avons de nouveau perdu du temps et sommes repartis à 28e position ». Encore une fois, toute l'équipe se mobilise pour repartir à la chasse des places perdues. L'engouement et le dynamisme de tous mène la Kawasaki jusqu'à la 13e place.

Mais la série des ennuis colle au team et ne paraît pas vouloir les laisser terminer leur course sereinement. « Au petit matin, c'est le démarreur qui casse. Il s'est avéré impossible de redémarrer la moto dans le box, nous avons dû reprendre la piste en la poussant. Nous rattrapons à nouveau les places perdues et remontons à la 14e place ».  Pour Robin la nuit est compliquée même s'il a senti une amélioration par rapport à ses dernières 24h du Mans. Il faut gérer le stress, la fatigue et surtout l'enchaînement de problèmes techniques qui semble s'acharner sur la Kawasaki du Bolliger Team Switzerland. « J'ai dormi 40 minutes sur les 24 heures, mais à chaque fois que je me réveillais d'une petite sieste, je me sentais encore plus mal qu'avant. J'ai donc essayé d'éviter de m'endormir, j'ai fait beaucoup de kiné et me suis alimenté correctement pour passer au mieux la nuit et les dernières heures de course ».

L'ultime problème technique de cette longue série intervient dans la matinée, avec une panne du capteur d'allumage. La moto ne démarre plus, plus rien ne fonctionne, et l'équipe perd pour la quatrième fois un temps précieux à rentrer au box pour une dernière réparation. Ils repartiront de la voie des stands en 23e position pour passer la ligne d'arrivée à la 17e place. Au classement général du Championnat, le Bolliger Team Switzerland empoche 4 points et se retrouve 18e.

« On reste un peu sur notre faim. Tous ces petits problèmes qui se sont enchaînés sont très frustrants, parce qu'on se dit qu'au final notre moteur lui, il a tenu ! Sans tous ces obstacles qui se sont présentés sans jamais vouloir s'arrêter, on aurait clairement pu finir dans le top 5. Mais bon, ça fait partie de l'endurance. C'est vrai que c'est dommage de se satisfaire que d'une 17e place parce qu'on aurait pu faire vraiment mieux. Mais voilà, c'est la mécanique, c'est l'endurance, c'est comme ça…

Quoiqu'il en soit, c'était une belle aventure et je tiens à remercier mes sponsors, toute l'équipe de la #8, et mes coéquipiers. Un salut spécial à Pedro et à son fils Samuel qui sont venus m'aider sur place. Je pense aussi à tous les gens qui soutenu mon projet IBY, ma famille bien sûr, et tous ceux qui ont pu m'apporter leur aide de près ou de loin
».



Franck MILLET Communication





  • 81e Bol d'Or sur le circuit Paul Ricard (2/8) » Voir 81e Bol d'Or...
  • 81e Bol d'Or sur le circuit Paul Ricard (3/8) » Voir 81e Bol d'Or...
  • 81e Bol d'Or sur le circuit Paul Ricard (4/8) » Voir 81e Bol d'Or...
  • 81e Bol d'Or sur le circuit Paul Ricard (5/8) » Voir 81e Bol d'Or...
  • 81e Bol d'Or sur le circuit Paul Ricard (6/8) » Voir 81e Bol d'Or...
  • 81e Bol d'Or sur le circuit Paul Ricard (7/8) » Voir 81e Bol d'Or...
  • 81e Bol d'Or sur le circuit Paul Ricard (8/8) » Voir 81e Bol d'Or...
  • Cliquez pour agrandir l'image
    Course d'Obstacles au Bol d'Or pour Robin Mulhauser (Esprit-Racing)
    Course d'Obstacles au Bol d'Or pour Robin Mulhauser (Esprit-Racing)
    • Dans la même catégorie

    • Volpker NRT48 Schubert Motors wins EWC Dunlop Independent Trophy

    • Un Bol d'Or prometteur pour Mathieu Charpin

    • FIM EWC, le Bol d'Or avec le Junior Team LMS Suzuki

    • FIM EWC, Bol d'Or, la Course des Manufacturiers

    • Nouvelle Équipe, nouvelle moto, nouveau challenge pour Gregg Black lors de la 81ème édition du Bol d'Or !

    Plus de news »

    Publicité