World-Endurance by Esprit-Racing
|
WORLD-ENDURANCE.COM | 07.07.16 | 15:22 • Mis à jour le 10.07.16 | 02:32 WORLD-ENDURANCE.COM | 07.07.16 | 15:22 • Mis à jour le 10.07.16 | 02:32


#Renault #Classic engage 3 #Alpine dans la compétition pour cette 8ème édition du #Mans Classic qui se déroulera les 8, 9 et 10 Juillet


La compétition est dans les gènes d'Alpine, depuis le premier jour. Fondateur de la marque, Jean Rédélé, a d'abord été un pilote émérite, avant de se lancer dans le développement, la fabrication et la commercialisation de voitures de sport.

61 ans après sa création, la marque Alpine est toujours prête à relever le défi de la compétition, et le démontre dès demain en participant à la 8ème édition de ce rassemblement mythique qu'est Le Mans Classic.

Pour cette édition 2016, Renault Classic y engage trois Alpine officielles. Elles sont confiées à des pilotes de renom, qui ont déjà participé aux 24 Heures du Mans avec la Marque, ou à des personnalités du monde automobile.

M65  (plateau 4) : Pilotes : David Cheng / Stephane Richelmi
A110 (plateau 5) : Pilotes : Christian Chambord / Jean-Pierre Prévost
A443 (plateau 6) : Pilotes : Jean Ragnotti / Alain Serpaggi
Ces trois Alpine seront accompagnées par d'autres modèles inscrits grâce au concours d'initiatives privées.


Alpine et le circuit du Mans
Alpine a disputé 11 fois les 24 Heures du Mans entre 1963 et 1978 et engagé 55 voitures officielles. Outre ses victoires au classement « Rendement Energétique » en 1964, 1966 et 1968, ainsi qu'à l'« Indice de Performance » en 1968 et 1969, Alpine a remporté sept victoires de classe et surtout la victoire au classement général en 1978 avec la Renault Alpine A442B pilotée par Jean-Pierre Jaussaud et Didier Pironi.
La toute première apparition des automobiles créées par Jean Rédélé sur le Circuit des 24 Heures du Mans remonte à 1963. Cette année-là, trois Alpine M63 avaient pris le départ. Ce fut le début d'une grande aventure en trois actes.
De 1963 à 1969, les « petites » Alpine visaient la victoire dans leur catégorie, aux indices de performance et énergétique, voir dans le classement général pour l'A220. Ce fut la Période Bleue.
A partir de 1973, lors du rachat de la Marque par Renault, de nouvelles ambitions permettaient de viser la victoire au classement général. Dès 1976, la première Renault-Alpine de la Période Jaune signait la pole position et le meilleur tour en course. Deux ans plus tard, la quête était accomplie avec une victoire historique aux 24 Heures du Mans 1978.
35 ans plus tard, Alpine faisait son retour au Mans en 2013. Comme à ses débuts, l'Alpine A450 montrait une magnifique robe bleue et des ambitions mesurées dans la catégorie LM P2. Après une année d'apprentissage, l'équipe terminait pourtant à la septième place scratch et sur le podium de sa catégorie en 2014. L'année 2015 a vu l'abandon suite à une sortie de piste dans la nuit de l'Alpine 450b alors qu'elle évoluait en troisième position.
Le 19 juin 2016, Alpine signe une des plus belles victoires de son histoire avec la première place obtenue en catégorie LMP2 où concourraient 22 voitures. Nicolas Lapierre, Stéphane Richelmi et Gustavo Menezes ont conduit l'Alpine A460 N°36 de l'écurie Signatech Alpine sur la première place du podium.


Alpine dans la course

Voici les voitures engagées sur les différents plateaux :

Plateau 4 (voitures des années 1962 à 1965) : l'Alpine M65

 * Pour la quatrième fois consécutive, cette Alpine M65 appartenant à Renault Classic est au départ du Mans Classic.
 * Elle fut l'une des deux Alpine M65 engagées aux 24 Heures du Mans 1965. Ce modèle fut piloté par Mauro Bianchi / Henri Grandsire (abandon au 32e tour).
 * Le même châssis, transformé en Alpine A210, fut encore au départ de l'édition 1966 pour Pauli Toivonen / Bengt Jansson (abandon au 217e tour).
 * Pour cette édition 2016 du Mans Classic, cette Alpine historique est confiée à deux des pilotes de l'écurie Signatech-Alpine : Stéphane Richelmi, récent vainqueur des 24 H du Mans en catégorie LMP2 et David Cheng, pilote de l'Alpine A460 N°35
 * Deux Alpine M63 seront également en piste dans ce plateau

Plateau 5 (voitures des années 1966 à 1971) : l'Alpine-Renault A110 1300S

 * Si la marque Alpine a régulièrement engagé ses prototypes aux 24 Heures du Mans, des équipages privés ont aussi participé à l'épreuve au volant des modèles emblématiques de la marque dieppoise. La Berlinette Alpine A110 fut évidemment l'une des vedettes de la seconde moitié des années 1960.
 * La Berlinette A110 1300S (moteur de 115 chevaux) engagée au Mans Classic appartient à Jean-Pierre Prévost, collectionneur d'Alpine et de Renault sportives, déjà vu au Mans Classic avec Alpine. Il la partagera avec Christian Chambord un autre passionné d'automobiles et propriétaire de plusieurs Alpine A110.
 * Plusieurs A110 ont été engagées au Mans en 1965 (une 1100 GT4 1100) et 1968 (deux 1300).
 * Dans ce même plateau 5, une Alpine A210 et deux Alpine A220 seront également en piste.

Plateau 6 (voitures des années 1972 à 1981) : la Renault-Alpine A443
 * La plus aboutie des Renault Alpine fait son retour sur le Circuit des 24 Heures du Mans. Evolution des Renault Alpine A422 et A442B, elle fut le modèle ultime de la Période Jaune.
 * En 1978 qualifiés en première ligne, Jean-Pierre Jabouille et Patrick Depailler s'installaient en tête dès la septième heure après avoir résolus des problèmes de vibrations. Devant 180 000 spectateurs, la Renault-Alpine la plus puissante (moteur V6 Turbo 2,2 litres développant 530 chevaux), creusait régulièrement l'écart jusqu'à la 18e heure.
 * Au terme des deux premiers tiers de la course, la Renault-Alpine A443 devançait la Renault-Alpine A442B. Les Porsche étaient à plusieurs tours. Au cœur de l'équipe, on décidait de baisser la pression de suralimentation du turbo de la voiture de tête. A 9h21, la Renault-Alpine A443 repartait des stands. Au volant, Patrick Depailler recevait la consigne d'assurer sa position. 32 minutes plus tard, il immobilisait sa voiture à Mulsanne, moteur bloqué. La Renault-Alpine A443 laissait la première place, et la victoire, à la Renault-Alpine A442B de Didier Pironi et Jean-Pierre Jaussaud.
 * Pour cette huitième édition du Mans Classic, cette Renault-Alpine A443 est confiée à Jean Ragnotti et Alain Serpaggi, deux anciens pilotes

 

Alpine aux 24 Heures du Mans.

En complément des Alpine inscrites dans les différents plateaux, plusieurs Alpine et un modèle Renault seront exposées dans le Paddock Alpine situé à proximité de la piste et du lieu baptisé Le Raccordement.

Seront présentes :

Renault type AK

Renault remporte le 1er Grand Prix de l'histoire de l'automobile. Disputé au Mans les 26 et 27 juin 1906 sur le circuit de la Sarthe, le tracé, d'une longueur de 103,18 km, est essentiellement composé de routes goudronnées, sur lesquelles chaque participant va rouler à six reprises par jour ; le Grand Prix se déroulant sur deux jours, la distance de course totale est ainsi de 1 238,16 km. 32 concurrents prendront le départ de cette première édition toutes les 90 secondes. Renault engage 3 véhicules. Le numéro 3A est piloté par Ferenc Szisz, les 3B et 3C respectivement par Edmond et Richez. La première journée se terminera par la victoire de Sziz, elle sera aussi marquée par l'abandon d'Edmond. Seules 17 voitures prendront le départ de la deuxième journée. Ferenc Szisz bouclera tous les tours en tête sans incident majeur. Il dominera cette journée et remportera l'épreuve en 12 h 14, avec 32 minutes d'avance sur son poursuivant.

Alpine M64
Dès 1963, Alpine s'engage aux 24 Heures du Mans, en visant les « indices de performance » ou les « indices de rendement énergétique » plutôt que la victoire absolue. Avec leurs petits moteurs Gordini, les Alpine brillent par leur efficacité aérodynamique. Une première victoire vient ponctuer cet engagement, en 1964 avec la M64 de Morrogh / Delageneste. L'Alpine M64 présenté appartient à la collection de Jean-Charles Rédélé.
Renault Alpine A442B
C'est avec ce modèle qu'Alpine a remporté les 24 Heures du Mans 1978 grâce à Jean-Pierre Jaussaud et Didier Pironi. Fruit de cinq années de labeur, l'A442B avait évolué de la version A440 à moteur atmosphérique, à l'A441 et à l'A442 à moteur turbocompressé. Elle a connu cinq grandes victoires en Championnat du monde des Voitures de Sport, mais aussi de nombreuses désillusions avant cet ultime triomphe en 1978.
Avec son moteur V6 2100 cm3 turbo, l'A442B pouvait atteindre 352 km/h sur la ligne droite des Hunaudières. Au soir de la victoire de la Renault Alpine, le président et PDG de Renault Bernard Hanon, qui avait fixé cet objectif à la marque, a annoncé l'arrêt du programme Endurance d'Alpine pour se tourner vers la Formule Un.

Alpine A450
En hommage aux Alpine ayant couru au Mans dans les années 1970, le prototype LM P2 Signatech-Alpine a été baptisé Alpine A450. Même si Alpine est résolument tournée vers l'avenir, la marque n'oublie pas son glorieux passé.
Cette Alpine a été engagée et titrée en European Le Mans Series (ELMS) en 2013 et 2014 (A450b). En 2015, l'équipe Signatech-Alpine se lance un nouveau défi en s'engagement en Championnat du Monde d'Endurance FIA (WEC) où elle remportera l'épreuve de Shangaï et terminera 4 ème du championnat avec l'A450b.

Alpine A460
Le nom de ce nouveau prototype a été choisi pour poursuivre la lignée débutée dans les années 70 avec l'A440 et fait écho aux 60 ans d'Alpine, célébrés l'an passé. Anticipant l'entrée en vigueur de la nouvelle réglementation LMP2 en 2017, l'Alpine A460 est construite autour d'un châssis homologué par la FIA. Pour Alpine, le retour à une carrosserie totalement fermée est une première depuis l'A220 de 1969.
L'Alpine A460 reprend le moteur V8 4.5l qui équipait l'A450b. Issu de l'Alliance Renault-Nissan, ce moteur de plus de 550 ch. est associé à une boîte de vitesses séquentielle à six rapports.
Le team Signatech Alpine dispose deux voitures engagées dans le championnat du monde d'Endurance 2016. La première engagée avec le n°36 est en tête du championnat après ses deux victoires successives aux 6 h de Spa-Francorchamps et aux 24 H du Mans. Elle est pilotée par Nicolas Lapierre, Stéphane Richelmi et Gustavo Menezes.
Engagée sous la bannière Baxi DC Racing Alpine, la n°35 est confiée au Français Nelson Panciatici – pilier de l'équipe depuis les prémices du programme en 2013 – et aux Chinois David Cheng et Ho-Pin Tung

Alpine Vision
Révélé par Mr Carlos Ghosn le 16 février à Monaco, le show car Alpine Vision revient sur le circuit du Mans après sa première apparition public lors des 24 H du Mans en juin dernier. Ce show car représente à 80% le modèle de série qui sera fabriqué à Dieppe, révélé avant la fin de l'année, avant sa commercialisation prévue courant 2017.
Par cette forte représentation de modèles mythiques, Alpine souligne son attachement à la compétition et continue de relever des challenges, respectant les valeurs de son fondateur Jean Rédélé depuis la création de la marque en 1955.
Michael van der Sande (Directeur Général d'Alpine) et Bernard Ollivier (Directeur Général adjoint d'Alpine) seront présents pour encourager les équipages Alpine, échanger avec les collectionneurs et rencontrer les passionnés de la marque.



Renault





  • #LeMansClassic, Racing With Style (2/8) » Voir ...
  • #LeMansClassic, Racing With Style (3/8) » Voir ...
  • #LeMansClassic, Racing With Style (4/8) » Voir ...
  • #LeMansClassic, Racing With Style (5/8) » Voir ...
  • #LeMansClassic, Racing With Style (6/8) » Voir ...
  • #LeMansClassic, Racing With Style (7/8) » Voir ...
  • #LeMansClassic, Racing With Style (8/8) » Voir ...
  • Cliquez pour agrandir l'image
    1906 Renault Type AK, au Grand Prix de l'ACF (Renault Communication)
    1906 Renault Type AK, au Grand Prix de l'ACF (Renault Communication)
    • Dans la même catégorie

    • L'Espagne se refuse à CD Sport

    • Le Mans Classic, 10 Anciens Vainqueurs & des Pilotes de Renom

    • Le Mans Classic, six plateaux pour deux tours d'horloge !

    • Le Mans Classic, le Group C Racing en lever de rideau !

    • Pegasus Racing, tellement proche de la ligne d'arrivée !

    Plus de news »

    Publicité