World-Endurance by Esprit-Racing
|
WORLD-ENDURANCE.COM | 12.11.12 | 23:40 WORLD-ENDURANCE.COM | 12.11.12 | 23:40


Réaliser 24 Heures au volant d’une voiture de compétition renommée datant de 1968 est déjà un défi, mais le faire sous une météo exécrable est encore plus unique à vivre !


Et ce n’est pas Soheil qui nous contredira tant le Savoyard et ses trois équipiers ont eu du mérite à ne pas jeter l’éponge sous le déluge.

Avec une nuit de samedi à dimanche qui connut plus de temps passé sous régime de safety-car que de véritable course afin d’évacuer l’eau sur la piste du Circuit Paul Ricard, les scènes étaient souvent cocasses...

« Parfois, au volant d’une Chevron B8 particulièrement basse, nous traversions d’énormes flaques d’eau qui passaient carrément au-dessus de l’auto. Ajouté à cela des phares bien d’époque, une visibilité quasi nulle et l’eau qui vous trempe les bottines tout au long des relais, on se rend mieux compte de ce que vivait il n’y a finalement pas si longtemps les pilotes d’Endurance ! » commentait Soheil.

Quant à la course, Soheil faisait parler son savoir-faire et signait la pole position des 2 Tours d’Horloge sur le mouillé, une place assez inespérée car l’auto ne figurait pas parmi les concurrentes les plus puissantes de l’épreuve. Mais la pluie arrangeait moins les affaires de l’équipage (Mister John of B/David FERRER/Mauro PANE/Soheil AYARI) en début de course puisqu’un problème électronique dû à l’humidité obligeait la Chevron à partir des stands avec un retard de dix minutes.

Les ennuis techniques se poursuivaient quelques heures plus tard avec le bri d’un arbre d’embrayage. L’équipe de VHC Evolution, soutenue pour l’occasion par JMB Racing, parvenait à démonter la boîte et faire repartir l’auto en à peine une heure. Après la 4e heure de course, la n°69 pouvait enfin commencer sa course et plus rien n’allait l’arrêter pour remonter de la 36e à la 13e place générale (3e de sa catégorie), signant d’ailleurs le meilleur tour général de l’épreuve.

« Ça a vraiment été une course difficile pour les mécaniques et je tiens à féliciter toute l’équipe technique. Nous avons tous pris beaucoup de plaisir à rouler (lorsque nous n’étions pas à 50 km/h derrière un safety-car !) dans cette auto légère et très bien équilibrée. Les passages dans la courbe rapide de Signes étaient vraiment sympa je pense ! »

Après ce week-end « pour le fun » en forme de retour vers le passé, Soheil va poursuivre la préparation de sa saison 2013. Toutes les pistes sont ouvertes, aussi bien en prototype qu’en GT. Nous vous en dirons davantage début janvier...

Sassan AYARI
www.ayari.com



Cliquez pour agrandir l'image
La belle Chevron B8 de 1968 (D.R)
La belle Chevron B8 de 1968 (D.R)
  • Dans la même catégorie

  • Nelson Panciatici, un bilan positif

  • Signatech-Nissan/G-Drive #26, Shanghai, Disque Rayé ... !

  • Les pilotes Audi Champions du Monde d'Endurance 2012

  • Signatech-Nissan, Shanghai - Wec, un Top 5 pour finir !

  • OAK Racing accroche son quatrième podium en LMP2 à la finale chinoise du WEC

Plus de news »

Publicité