World-Endurance by Esprit-Racing
 
WORLD-ENDURANCE.COM | 12.09.10 | 21:49 WORLD-ENDURANCE.COM | 12.09.10 | 21:49


La Suzuki du SERT a remporté le 74e Bol d’Or à Magny Cours devant 55000 spectateurs venus assister à la plus mythique des courses d’endurance. Guillaume Dietrich, Vincent Philippe et Freddy Foray remportent une édition spectaculaire qui aura vu les principaux favoris chuter ou abandonner sur problème technique.


 

Il fallait être costaud pour remporter ce 74e Bol d’Or et surtout, passer entre les gouttes. Non pas des goutes d’eau, puisque le ciel dégagé nous a offert un soleil radieux tout au long de ce week-end de course, mais plutôt des gouttes d’huile présentes en masse sur la piste nivernaise.
 
C’est bien simple, Freddy Foray n’avait jamais vu une piste aussi piégeuse. Et si la Suzuki nº 2 remporte la mythique épreuve une nouvelle fois, tout le monde, y compris les pilotes, s’accorde à dire qu’il fallait une part non négligeable de chance pour s’imposer ce dimanche.
 
Une chance que n’a malheureusement pas eue la Honda National Motos, première à ouvrir le bal des abandons à la suite un violent crash quelques mètres seulement après avoir passé la ligne de départ, crash impliquant également deux autres machines.


Deux heures après l’éviction d’un premier outsider, c’est l’un des favoris de l’épreuve qui quittait la course prématurément dans une autre chute spectaculaire impliquant la Yamaha nº 33 et la Honda Michelin de William Costes, provoquant l’abandon de l’équipe de Clermont-Ferrand.


Un accident qui va d’ailleurs marquer le reste de la course puisque Raphaël Chevre, pilote de la Suzuki nº 110 également impliqué dans l’accident, est encore en ce moment en réanimation à l’hôpital de Dijon.

 

Quelques minutes plus tard, la Yamaha nº 1 championne du monde voyait ses rêves de victoire réduits à néant par la faute d’une nouvelle surchauffe du moteur de la R1, comme l’an passé. A l’approche de la nuit, la Kawasaki GSR et la BMW nº 99, pourtant confortablement installées en tête de la course, chutent et voient leurs chances de succès sérieusement hypothéquées.
 
L’occasion pour la Yamaha du GMT94, repassée en Michelin quelques jours avant le début de l’épreuve, de prendre la tête des opérations. Dernier adversaire à encore pouvoir contester la victoire au SERT de Dominique Méliand, le GMT 94 perdait toute chance de succès au petit matin sur une chute de son jeune pilote suisse, Gregory Junod, victime de la maladresse d’un autre concurrent.
 
Discrète une bonne partie de la course, la Suzuki nº 2 aura finalement été le seul « top-team » à échapper à la chute ou aux ennuis mécaniques. Un succès construit par toute l’équipe et parachevé par la dose de réussite et de patience nécessaire à toute victoire en endurance, comme le confirme Dominique Méliand team manager du SERT.
 
« Il a fallu beaucoup de patience. Alors, c’est vrai qu’un Bol d’Or se court pendant 24 heures et la nuit, on ne peut pas voir ce qui se passe sur la piste, on ne voit pas cette fameuse trace d’huile. Et là, c’est vrai, il faut un petit peu de chance pour mettre les roues à côté et pas dessus. Il fallait savoir attendre, prendre des risques quand il le fallait. C’est vrai, c’est dommage, ça a rapidement été l’hécatombe dans le haut du tableau. Mais il a bien fallu emmener la moto au bout et être patient tout en sachant attaquer en tenant compte des impatiences des adversaires. »

Deuxième à 14 tours du vainqueur, le team Bolliger profite à plein de l’hécatombe des favoris pour se maintenir en tête du championnat du monde avec neuf points d’avance sur le SERT. L’équipe Suisse n’a connu aucun problème majeur et remercie la chance d’avoir été de son coté, mais sait que le titre n’est pas encore gagné. « À la régulière, le team Suzuki est vraiment plus rapide que nous, donc sur une course de 8 heures comme à Doha, ce sont eux les favoris. Mais nous avons pour nous notre fiabilité et notre régularité. »

Invitée plus que surprise du podium final, l’équipe espagnole du Folch Endurance monte sur son premier podium au niveau international. Un résultat, bien entendu, nettement au-delà de leurs attentes. « C’est comme un rêve. On ne s’attendait pas à un tel résultat pour nous et toute l’équipe. Notre objectif de départ était de terminer la course en se rapprochant le plus possible du top 7 et avec tous les accidents nous nous sommes retrouvés sur le podium, comme dans un rêve. »

En Superstock, l’équipe belge Biker’s Day crée la surprise en remportant la catégorie tandis que la Metiss s’impose en Open, catégorie où elle est la seule représentante.



Circonférence Communication

 

 

 



Ajouter: World-Endurance - EWC - La Suzuki officielle, seule rescapée des favoris, remporte le Bol d’Or 2010 à Wikio Ajouter: World-Endurance - EWC - La Suzuki officielle, seule rescapée des favoris, remporte le Bol d’Or 2010 à Face Book Ajouter: World-Endurance - EWC - La Suzuki officielle, seule rescapée des favoris, remporte le Bol d’Or 2010 à Yahoo! Ajouter: World-Endurance - EWC - La Suzuki officielle, seule rescapée des favoris, remporte le Bol d’Or 2010 à Google Ajouter: World-Endurance - EWC - La Suzuki officielle, seule rescapée des favoris, remporte le Bol d’Or 2010 à Digg Ajouter: World-Endurance - EWC - La Suzuki officielle, seule rescapée des favoris, remporte le Bol d’Or 2010 à Technorati Ajouter: World-Endurance - EWC - La Suzuki officielle, seule rescapée des favoris, remporte le Bol d’Or 2010 à Live-MSN Ajouter: World-Endurance - EWC - La Suzuki officielle, seule rescapée des favoris, remporte le Bol d’Or 2010à del.icio.us Ajouter: World-Endurance - EWC - La Suzuki officielle, seule rescapée des favoris, remporte le Bol d’Or 2010 à BlogMarks Ajouter: World-Endurance - EWC - La Suzuki officielle, seule rescapée des favoris, remporte le Bol d’Or 2010 à Scoopeo
  • Dans la même catégorie

Plus de news »

Publicité