World-Endurance by Esprit-Racing
 
WORLD-ENDURANCE.COM | 14.09.10 | 10:58 WORLD-ENDURANCE.COM | 14.09.10 | 10:58


Evènement majeur de la moto en France, le bol d’or se déroule pour la dernière fois en fin d’année, puisqu’il devrait l’an prochain inaugurer la saison d’endurance. Intégré au sein de Junior Team Suzuki, Baptiste Guittet, Lucas de Carolis, Julien Enjolras et moi sommes les favoris de cette course en catégorie Superstock. Mais la concurrence et les aléas d’une course de 24h sont capables de changer la donne…


Les essais:
Les essais commencent le Jeudi, mais n’ayant pu décaler mes cours dès la première semaine, je ne peux participer ni aux essais libres, ni à la 1ère séance de qualification. Je suis donc rétrogradé au rang de 4ème pilote en étant remplacé par Julien Enjolras. En toute logique, je devrais récupérer ma place pour la course.

Mes coéquipiers règlent la moto en mon absence et se débrouillent très bien aux qualifications du Jeudi, puisqu’ils réalisent le 6ème temps au général et le meilleur temps de notre catégorie avec plus d’une seconde et 7 dixièmes d’avance à la moyenne des 3 pilotes.

Les qualifications:
Mes coéquipiers vont tenter de conserver cette position pour la 2ème séance de qualification, tandis que j’aurai 30 minutes pour m’adapter à la moto en vue de participer à la course.
L’objectif est rempli puisque au classement général nous figurons toujours en 6ème position, et sommes toujours en tête de notre catégorie bien que les secondes se soient rapprochées à 1 seconde et 4 dixièmes.
Pour ma part, je me réadapte à la moto, et réalise sans trop forcer 1’43’7 soit le 3ème temps des pilotes de réserve, mais un peu moins vite que mes coéquipiers.

Mais la place sur la grille se joue simplement sur la superpole à laquelle seul 1 pilote par équipage participe. Pour nous ce sera Lucas qui ramènera la moto en 8ème position, puisqu’il n’a pu terminer la séance en raison d’une petite chute. Nous nous sommes fait subtiliser la 1ère place de notre catégorie, mais nous savons que notre force est l’homogénéité entre les 3 pilotes qui en course font toute la différence.
Bien que Julien ai très bien roulé aux essais, nous décidons que je reprenne le guidon pendant la course…

La course:
C’est Baptiste qui prend le départ. Il se place bien dès le lancement de la course mais perd des positions au fur et à mesure de son relais. Il revient au box en 11ème position en nous expliquant que le grip à l’arrière est très faible.

Lucas qui a pris la suite ne parvient pas à rouler plus vite et s’arrêtera même après quelques tours pour changer de pneu arrière. Au moment où il repart, un mécano voit qu’il y a de l’eau dans le carénage. Mais Lucas est déjà reparti.
Cela pourrait expliquer les glisses de l’arrière. D’ailleurs, Lucas chute après très peu de tours, en effet, la moto chauffant, de l’eau se déversait dans le carénage et sur le pneu, provoquant de soudaines pertes d’adhérence.
Heureusement, Lucas n’a pas trop souffert et ramène rapidement la moto au stand.

Je me change rapidement le temps que le système de refroidissement soit purgé et le carénage soit changé et nous repartons déjà loin derrière. D’autant qu’après 5 tours je rentre à nouveau au box puisque la température est toujours trop élevée et l’équipe remplace la pompe à eau et le radiateur.
Je repars donc tranquillement, le temps de voir que tout va bien. Puis je prends mon rythme. A la fin de mon relais je réalise le meilleur tour de la moto en 1’44’5, et roule régulièrement en 1’45. En soi ce n’est pas terrible, mais je ne prends aucun risque et je sais que je peux accélérer le rythme. Je laisse donc ma place à mes coéquipiers après avoir passé près de 1h45 sur la moto.

Tout se passe bien pour Baptiste et Lucas, qui entament la remontée. Mais quand je reprends la moto, je sens immédiatement que la rampe d’injection commence
à lâcher, la moto ne tournant que sur 3 cylindres, quand je suis bas dans les tours. Le 4ème s’actionnant en sortie de courbe assez dangereusement. J’hésite à m’arrêter, mais décide finalement d’attendre la fin de mon relais. Mes chronos sont donc peu élevés, et à la fin de mon relais, je rentre directement dans le box en demandant de changer la rampe et le réservoir. Une fois cette chose faite, Baptiste prend son tour.
Avec le team manager, nous nous réunissons et en regardant le classement (nous sommes 49ème avec déjà 30 tours de retard après seulement 6h), nous décidons donc d’abandonner si un autre incident empêche notre remontée. Il ne faudra pas attendre bien longtemps, puisque moins d’une demi-heure après, Baptiste a le malheur de passer juste après un concurrent qui a déversé de l’huile sur la piste. Grosse frayeur pour lui dans un virage à 200 km/h, heureusement il n’est pas du tout touché.

Ainsi un peu après 22h nous signons la feuille d’abandon, qui pour ma part clos de manière désastreuse mon histoire avec le junior team, qui n’aura souri qu’une fois lors de la 1ère course, aux 24H du Mans…



Conclusion:
Nous avions tout entre les mains pour réussir, et c’est la première fois que je me sentais aussi à l’aise et aussi facile avec une moto pendant une course de 24H.
En rythme nous étions largement capable de gagner notre catégorie (que nous avons dominé pendant tous les essais). Mais il était également possible de jouer le podium général. Malheureusement, le sort ne nous aura pas laissé le temps de le montrer…

Malgré tout l’équipe a super bien travaillé, si nous avons accumulé les problèmes, ce n’est ni un manque d’investissement, ni un manque de préparation, mais simplement un manque de chance…

Un grand merci à toute l’équipe qui s’est démenée toute l’année et à Damien, t’es au top et la chance va de nouveau te sourire.
Un énorme merci à Marinette et Dany pour leur gentillesse, leur serviabilité et leurs repas délicieux... merci également à tous les partenaires du Junior Team.

A bientôt, merci de votre lecture.

Salutations sportives et amicales.
Cédric TANGRE.



Ajouter: World-Endurance - EWC - Cédric Tangre, Bol d’or 2010, une histoire courte ... à Wikio Ajouter: World-Endurance - EWC - Cédric Tangre, Bol d’or 2010, une histoire courte ... à Face Book Ajouter: World-Endurance - EWC - Cédric Tangre, Bol d’or 2010, une histoire courte ... à Yahoo! Ajouter: World-Endurance - EWC - Cédric Tangre, Bol d’or 2010, une histoire courte ... à Google Ajouter: World-Endurance - EWC - Cédric Tangre, Bol d’or 2010, une histoire courte ... à Digg Ajouter: World-Endurance - EWC - Cédric Tangre, Bol d’or 2010, une histoire courte ... à Technorati Ajouter: World-Endurance - EWC - Cédric Tangre, Bol d’or 2010, une histoire courte ... à Live-MSN Ajouter: World-Endurance - EWC - Cédric Tangre, Bol d’or 2010, une histoire courte ...à del.icio.us Ajouter: World-Endurance - EWC - Cédric Tangre, Bol d’or 2010, une histoire courte ... à BlogMarks Ajouter: World-Endurance - EWC - Cédric Tangre, Bol d’or 2010, une histoire courte ... à Scoopeo
Cédric Tangre, Bol d’or 2010, une histoire courte (Esprit-Racing) Cédric Tangre, Bol d’or 2010, une histoire courte (Esprit-Racing)
  • Dans la même catégorie

Plus de news »

Publicité