World-Endurance by Esprit-Racing
 
WORLD-ENDURANCE.COM | 13.09.09 | 22:18 WORLD-ENDURANCE.COM | 13.09.09 | 22:18


Tout était réuni pour faire de cette 73e édition du Bol d’Or une réussite. Le soleil d’une part, qui a accompagné les équipages tout au long des essais et de la course. Le plateau ensuite, avec des pilotes et des équipes affûtés. Le public enfin, venu, comme chaque année en masse (55 000 spectateurs) pour assister à cette grande fête de la moto. Et le résultat : une course très ouverte jusqu’aux dernières heures de la nuit et une superbe victoire de la Suzuki nº 1 du SERT.



Au départ de ce Bol d’Or 2009, deux équipes jusque-là outsiders, sont venues troubler les géants de l’endurance que sont le SERT et le GMT, en réalisant les deux meilleurs temps de la Superpole. Une Superpole introduite pour la première fois cette saison en endurance, et qui a permis à Matthieu Lagrive de prouver à nouveau combien il est rapide. Gwen Giabbani, lui aussi très véloce, s’empare de la 2e place sur la grille pour le compte du YART, par ailleurs favori à la couronne mondiale depuis que cette dernière a été abandonnée par le SERT. Justement, l’équipe Suzuki pointe donc en troisième position à l’issue des essais tandis que le GMT 94 s’élance en sixième position après un petit raté d’Erwan Nigon dans son tour chrono.

Le célèbre départ en épi donné, les vieux briscards de l’endurance sont bien décidés à montrer qu’ils ne vont pas se laisser dominer. Et c’est Vincent Philippe, au guidon de la Suzuki, qui réalise le meilleur début de course. David Checa lui emboite le pas pour le GMT 94 tandis qu’un incident vient troubler la fête dès le deuxième tour avec une chute collective déclenchée par un freinage raté de Cédric Tangre du Junior Team. Ce dernier envoie trois autres pilotes au tapis dont d’Emeric Jonchière qui, blessé, ne pourra pas repartir. Course terminée pour la Honda National Moto. Le Suzuki Junior Team, favori dans la catégorie Superstock peut lui aussi dire adieu à la victoire. Le Safety Car intervient donc après cet incident et laisse la piste libre quelques tours plus tard. Ce sera sa seule apparition du week-end.

Les quatre prétendants à la victoire vont alors s’en donner à cœur joie et s’échapper en tête. Les premières heures se déroulent à coup de meilleurs tours en piste et dans cet exercice, c’est Gwen Giabbani sur la Yamaha nº 7 qui s’en sort le mieux. Matthieu Lagrive le poursuit, suivi par la Suzuki nº 1 et la Yamaha nº 94. Les quatre pilotes se tiennent en quelques secondes !

Alors que les premières casses et abandons émaillent la course, le premier coup de théâtre intervient à 18h13 lorsque le Team Yamaha Austria découvre une fuite au carter gauche de la R1. L’équipe perd cinq minutes trente dans l’histoire et dit adieu à ses rêves de victoire. Alors que la bataille fait rage à tous les niveaux et que les tours s’égrènent, le team Michelin prend la tête à la suite du ravitaillement du GMT 94. Les trois premiers se tiennent en treize secondes après 5h30 de course, époustouflant !

À l’approche de la nuit, le GMT 94 et le SERT se livrent une bataille sans merci, arbitrée à distance par la Honda Michelin, très rapide, mais manquant d’expérience pour les ravitaillements.
La lutte continue pendant la nuit tandis que le team officiel Kawasaki observe le combat à distance respectable et que la Suzuki nº 18 des Sapeurs Pompiers réalise une superbe course tout comme la Suzuki du team RAC 41.
Après plus de dix heures d’épreuve, la Yamaha nº 94 et la Suzuki nº 1 ne sont séparées que de quinze secondes. La Metiss abandonne alors qu’elle effectuait une très belle course.

5h06 : nouveau coup de théâtre avec le GMT 94 qui rentre au stand à cause d’une surchauffe moteur et ne peut repartir que sept minutes plus tard pour pointer en 3e position. Moins de deux heures après, la Yamaha nº 94 rentre à nouveau au stand pour changer le radiateur cette fois. Hélas, à 7h13, s’en est fini des espoirs de Christophe Guyot qui signe la feuille d’abandon, joint de culasse cassé.

Dans le peloton, la Kawasaki du Maccio Racing profite de l’absence du Junior Team aux avant-postes pour mener la catégorie Superstock. Le team Kawasaki Bolliger effectue lui aussi une course sensationnelle en remontant à la 10e place finale après un début de course catastrophique.

À 11h alors que les positions semblent figées, un problème électrique survient sur la Yamaha n° 7. Le YART perd de précieuses minutes dans le stand et cède la troisième place à la Kawasaki qui se retrouve virtuellement sur le podium pour la première fois de la course. Une heure et demie plus tard, la Yamaha n° 7 s’arrête à nouveau et reste cette fois dans le box jusqu’aux ultimes tours de piste pour simplement passer la ligne d’arrivée et ainsi célébrer le nouveau titre de champion du monde 2009 fraichement acquis.

Le SERT remporte une douzième victoire au Bol d’Or. Une victoire gagnée à la force du poignet mais aussi dans les stands où la stratégie de Dominique Méliand est toujours incontestée.

Le team Michelin Power Research réalise là une très belle performance en compensant son manque d’expérience dans les stands par la vitesse de ses pilotes. L’équipe de Clermont-Ferrand a réalisé une belle prestation et pourrait bien devenir l’un des acteurs majeurs de l’endurance de ces prochaines années.
Néanmoins, à l’issue du contrôle technique réalisé par la Fédération Internationale Motocycliste, il s’est avéré que le réservoir de leur Honda présentait une capacité de 24,86 litres au lieu des 24 réglementaires. Ils écopent après délibération du jury de 40 tours de pénalité et sont relégués à la 10e position.

Le team Kawasaki avait profité du faux pas du GMT et du YART pour se glisser à la troisième place. Dans des chronos rapides pendant toute la course, les verts méritent ce podium qui leur a souvent échappé et qui leur fait du bien puisqu’il était « indispensable » à la poursuite de l’aventure Kawasaki en endurance. Après le déclassement de la Honda Michelin, ils se retrouvent deuxièmes.

Le Team Sapeurs Pompiers est la très bonne surprise du jour puisqu’ils sont finalement troisièmes devant le RAC 41 et la Suzuki d’AM Moto Racing.

Le prochain Bol d’Or est déjà annoncé les 18 et 19 septembre 2010.


Tous les résultats sur www.motorevue.com


Circonférence Communication


Ajouter: World-Endurance - EWC - Le Sert prend sa revanche et remporte le Bol d’Or 2009 ! à Wikio Ajouter: World-Endurance - EWC - Le Sert prend sa revanche et remporte le Bol d’Or 2009 ! à Face Book Ajouter: World-Endurance - EWC - Le Sert prend sa revanche et remporte le Bol d’Or 2009 ! à Yahoo! Ajouter: World-Endurance - EWC - Le Sert prend sa revanche et remporte le Bol d’Or 2009 ! à Google Ajouter: World-Endurance - EWC - Le Sert prend sa revanche et remporte le Bol d’Or 2009 ! à Digg Ajouter: World-Endurance - EWC - Le Sert prend sa revanche et remporte le Bol d’Or 2009 ! à Technorati Ajouter: World-Endurance - EWC - Le Sert prend sa revanche et remporte le Bol d’Or 2009 ! à Live-MSN Ajouter: World-Endurance - EWC - Le Sert prend sa revanche et remporte le Bol d’Or 2009 !à del.icio.us Ajouter: World-Endurance - EWC - Le Sert prend sa revanche et remporte le Bol d’Or 2009 ! à BlogMarks Ajouter: World-Endurance - EWC - Le Sert prend sa revanche et remporte le Bol d’Or 2009 ! à Scoopeo
Le Sert prend sa revanche et remporte le Bol d’Or 2009 ! (Esprit-racing) Le Sert prend sa revanche et remporte le Bol d’Or 2009 ! (Esprit-racing)
  • Dans la même catégorie

  • La Honda Michelin Power Research Team rétrogradée

  • Bol d'Or 2009 : le SERT, la Honda Michelin et la Kawasaki GSR sur le podium !

  • Bonheurs et Malheurs pour le GMT 94

  • Le SERT en tête du Bol d’Or dimanche matin

  • Le SERT en tête au Bol d’Or à 19 heures

Plus de news »

Publicité