World-Endurance by Esprit-Racing
 
WORLD-ENDURANCE.COM | 13.09.09 | 14:48 WORLD-ENDURANCE.COM | 13.09.09 | 14:48


Ce 73ème Bol d’Or aura permis au GMT 94 de vivre des sentiments contraires : la joie intense de mener la course en tête avec son rival historique pendant plus de 14 heures, et la déception de l’abandon au petit matin.



« On avait oublié tout le monde ! » raconte Christophe Guyot, le team manager dans un sourire désabusé. « Quelle course, pourtant ! Nous avons vécu des moments très forts, avant que la malchance ne nous retrouve. »

Après un début de course prudent qui leur a permis de suivre un plan de marche précis, Sébastien Gimbert, David Checa et Erwan Nigon ont hissé leur Yamaha R1 jusqu’à la première place.

Samedi, à 18h30, le numéro 94 trônait fièrement en tête de la feuille de résultats. « Outre le talent de nos pilotes, l’efficacité de notre Yamaha, des pneumatiques Pirelli, et la compétence de tout le team, nous sommes particulièrement affûtés pour les interventions au stand et, avec notre concurrent du SERT, nous sommes les deux équipes les plus rapides et les mieux organisées sur ce point.
Quand le classement des quatre machines de tête est aussi serré, c’est fondamental. », expliquait Christophe Guyot en début de soirée.

Toute la nuit, les deux principaux rivaux alternent en tête de la course. Vingt, trente secondes les séparent régulièrement.

Au gré des ravitaillements et tour après tour, les deux frères ennemis offrent à tous un spectacle magnifique. « Si en début de course, nous avons géré, pour la nuit, la consigne était simple : à fond ! Quand on vit une course aussi fantastique avec les quatre meilleures équipes du plateau, il faut que les pilotes se libèrent et donnent leur maximum ! »

Et effectivement, les deux leaders du Bol d’Or ont régulièrement roulé en dessous des 1’44’’ pendant toute la nuit. Cette bagarre aurait pu tenir les spectateurs en haleine jusqu’à l’arrivée si la mécanique n’en avait décidé autrement.

Vers 6 heures dimanche, la Yamaha 94 rentre au stand. Sébastien Gimbert à son guidon signale une surchauffe moteur.

On croit à un problème de bouchon de rad iateur. Il repart, puis revient. On espère que ce n’est qu’un joint de radiateur. Mais quelques tours plus tard, il faut se rendre à l’évidence, c’est le joint de culasse qui a cédé.

Le GMT 94 ne réitèrera pas sa victoire de 2007…


Circonférence communication

Ajouter: World-Endurance - EWC - Bonheurs et Malheurs pour le GMT 94 à Wikio Ajouter: World-Endurance - EWC - Bonheurs et Malheurs pour le GMT 94 à Face Book Ajouter: World-Endurance - EWC - Bonheurs et Malheurs pour le GMT 94 à Yahoo! Ajouter: World-Endurance - EWC - Bonheurs et Malheurs pour le GMT 94 à Google Ajouter: World-Endurance - EWC - Bonheurs et Malheurs pour le GMT 94 à Digg Ajouter: World-Endurance - EWC - Bonheurs et Malheurs pour le GMT 94 à Technorati Ajouter: World-Endurance - EWC - Bonheurs et Malheurs pour le GMT 94 à Live-MSN Ajouter: World-Endurance - EWC - Bonheurs et Malheurs pour le GMT 94à del.icio.us Ajouter: World-Endurance - EWC - Bonheurs et Malheurs pour le GMT 94 à BlogMarks Ajouter: World-Endurance - EWC - Bonheurs et Malheurs pour le GMT 94 à Scoopeo
Bonheurs et Malheurs pour le GMT 94 (Esprit-Racing) Bonheurs et Malheurs pour le GMT 94 (Esprit-Racing)
  • Dans la même catégorie

  • Le SERT en tête du Bol d’Or dimanche matin

  • Le SERT en tête au Bol d’Or à 19 heures

  • Bol d'Or 2009 : Yamaha France GMT 94 en tête au warm up

  • La moto du Michelin Power Research Team en pôle position !

  • Bol d'Or 2009 : la Honda Michelin conserve la pole position

Plus de news »

Publicité